Mercredi 14 septembre :

A peine descendus de notre refuge, nous sommes remontés retrouver l'ambiance de haute-montagne chez notre voisin Louis, gardien du refuge de l'Aigle. L'occasion de passer ensemble une soirée conviviale et de découvrir ce "nouvel Aigle" récemment rénové. Bien qu'ouvert normalement encore ce weekend ( Louis est descendu en vallée mais il remontera ce weekend sur réservations ), nous avons donné un coup de main pour la fermeture à venir. Fermer un refuge c'est long et quand les copains sont là pour aider c'est mieux ! Voilà donc un refuge de l'Aigle qui brille et qui est tout à fait prêt à passer la saison froide !

Merci Louis pour ton accueil et ta succulente pizza maison, on reviendra! Bonnes vacances !

Lundi 12 septembre :

L'héliportage de fin de saison est achevé. Nous avons laissé le refuge, il rentre maintenant dans sa période de léthargie. Nous quittons notre quotidien de là-haut pour retrouver doucement celui d'en-bas et apprécier d'autres horizons. Difficile de nous éloigner de ce deuxième lieu de vie et de tous ses habitants qui vivent à nos côtés durant plusieurs mois de l'année. Au revoir chocards, hermines, campagnols, marmotte, chamois etc...On vous souhaite bien du courage pour passer la saison froide !

Samedi dernier,  la soirée a été conviviale avec nos derniers visiteurs de la saison...Il fut bon de terminer sur une note de pure allégresse, tout le monde était ravi d'être là-haut !

Nos sincères remerciements à tous ceux qui ont transpiré pour monter jusqu'à Adèle ! Grâce à vos sourires et votre enthousiasme nous avons passé un très bel été ! On vous dit au printemps prochain pour le plaisir de la glisse sauvage !

 

Le refuge reste ouvert mais non gardé ! La salle et deux dortoirs  ( avec couvertures ) sont disponibles, pour rappel il n'y a ni eau, ni chauffage, ni gaz ! 

 

Samedi 10 septembre :

Hier soir, le ciel s'est déchaîné de manière inattendue. Les éclairs ont frappé tout près d'ici. Adèle a eu chaud !

Alors que le tonnerre roulait sur les parois, nous avons passé une soirée conviviale avec une amie de passage et deux randonneurs.

Le soleil s'est levé dans un ciel limpide. A midi, les cumulus ont développé bien haut leurs rondeurs et maintenant c'est une chape bien grise qui flotte au-dessus de notre tête ...cela ne dit rien qui vaille sur la météo des heures à venir.

Pour notre "dernière soirée" de la saison, nous attendons une douzaine de personnes. Inventaire, ménage, rangements sont déjà bien avancés, mais il restera encore beaucoup à faire demain matin. La gardienne descendra demain, le gardien lundi matin.

Il n'est jamais facile de quitter un tel lieu après 4 mois et demi de vie au contact de cette Nature brute. Ouvrir la porte et surplomber une forêt de crêtes se perdant à l'horizon est toujours un immense bonheur et privilège ! Le retour en vallée est souvent rude, mais on retrouvera bien vite la proximité des espaces sauvages...ailleurs qu'à Adèle...ça sent les vacances !

Vendredi 9 septembre :

Nous pensions nous retrouver hier soir parfaitement seuls dans le calme de la montagne, mais que nenni ! Deux personnes sont arrivées à 21h bien contentes de trouver enfin le refuge avant la nuit, de quoi manger et dormir au chaud. Le refuge a donc pris tout son sens !

Le soleil s'en donne toujours à cœur joie, les cumulus sont tout de même plus nombreux que les autres jours. Demain, nous goûterons peut-être à quelques averses dans l'après-midi.

Une cordée de trois alpinistes venue directement du parking s'est rendue au sommet de la Grande Ruine par la voie normale.

Nous commençons sérieusement le ménage de fin de saison et ce n'est pas une mince à faire ! Le compte-à-rebours est lancé...nous fermerons le refuge dimanche, mais le gardien ne descendra que lundi matin pour assurer la charge de descente de nos affaires etc...

Ce soir, nous passerons la soirée en compagnie de trois personnes.

Jeudi 8 septembre :

L'été est toujours là ! Nous nagions ce matin dans un océan bien bleu sans aucune vague à l'horizon...En cette fin de soirée, l'écume blanche de quelques cumulus commence tout juste à nous faire de l'ombre.

Ce matin au refuge, randonneurs et alpinistes ont pu admirer les premières lueurs de cette belle journée.

Une cordée s'est rendue par la voie normale au sommet de la Grande Ruine. Pour les gardiens, le calme de fin de saison a permis d'aller se dégourdir les bras et se faire plaisir sur le rocher familier de l'arête sud de la Grande Ruine. Arrivés au sommet, c'est l'aigle Royal qui est venu nous saluer. De retour au refuge, ce sont deux aigles qui nous ont survolés...une présence plutôt rare par ici ! Des belles rencontres et une belle journée de grimpe...voilà qui s'arrose, la bière est fraîche et nous attend ! Aucune réservation ce soir, notre dernière soirée de l'année en tête à tête avec notre bout de montagne sauvage, ça s'apprécie !

 

Mercredi 7 septembre :

Un ciel parfaitement bleu d'un bout à l'autre de l'horizon, de la chaleur et une petite brise pour tempérer le tout. Qui dit mieux ? On ne se plaint donc pas par ici ! Tout est réuni pour pouvoir en profiter au maximum !

Hier soir, trois alpinistes sont venus bivouaquer à proximité du refuge. Ce matin, ils ont emprunté la voie normale de la Grande Ruine mais n'ont pas atteint le sommet. La bière en terrasse fut quand même fort appréciée à leur retour !

Nos randonneurs sont descendus à la fraîche, une petite pause dépaysante et requinquante avant de reprendre le chemin du travail.

Ce soir, nous accueillons dans notre montagne tranquille huit personnes, dont trois alpinistes qui partiront demain pour le sommet de la Grande Ruine par la voie normale. Quant à nous, nous irons certainement rattraper la sortie escalade que nous avons loupé hier ! Difficile de résister à l'appel des parois ensoleillées qui vous clignent de l’œil toute la journée !

" Au cours de ces journées là-haut je me consacre à la pure réjouissance d'être...ne nuire à rien, ne subir le diktat de personne, ne désirer pas plus que ce que l'on éprouve et savoir que la nature ne nous rejette pas. Dans la vie, il faut trois ingrédients : du soleil, un belvédère, et dans les jambes le souvenir lactique de l'effort." Dans les Forêts de Sibérie, Sylvain Tesson.

Mardi 6 septembre :

Cyril, un ami garde au Parc National des Ecrins, nous a rejoints hier soir. L'objectif de sa visite était d'alimenter la photothèque du Parc avec des images du refuge, il a donc joué les "paparazzis" un peu partout dans le refuge ! Le deuxième objectif était de passer une soirée conviviale avec les randonneurs présents et les gardiens. C'est donc ce que nous avons fait ! On en vient toujours à refaire le monde autour d'un petit verre ou d'un bon repas, mais comme toujours on s'aperçoit qu'il y a vraiment trop de choses à revoir...alors on se dit  qu'après le "digo" ça ira mieux !

La nuit dernière le vent nous a soufflé notre sommeil. Il a "ronflé" fort jusqu'au petit matin. La bruine a accompagné ces rafales assez violentes. Nous sommes alors revenus sur notre idée d'aller grimper... finalement en milieu de matinée, le vent est tombé subitement, c'est une journée "bleu Hautes-Alpes" qui s'est imposée...Moralité : nous aurions dû aller grimper...à charge de revanche !

Nous entamons notre dernière semaine, joie et mélancolie commencent à se faire sentir. En tous cas, nous la vivons dans une pleine quiétude : cinq randonneurs seront présents au refuge ce soir.

Lundi 5 septembre :

Le lever de soleil fut aquatique ! Des méduses de toutes sortes flottaient dans le ciel, un étonnant spectacle que personne n'a loupé ce matin ! Randonneurs et alpinistes ont pu contempler au saut du lit ces drôles de créatures se former dans les airs. Comme une envie de mettre palmes et tuba et d'aller faire quelques brasses dans cette ambiance sous-marine ! Bon qui dit "méduses" dans le ciel ou plutôt nuages lenticulaires, dit "gros vent" ! Un vent de secteur nord-ouest important souffle depuis hier soir. Il a ronronné toute la nuit et encore plus fort ce matin. Il est aussi la raison du demi-tour d'une cordée partie sur la voie normale de la Grande Ruine. Quand les conditions ne sont pas réunies autant ne pas insister !

Ce soir, nous passerons la soirée entourés de quatre personnes. Si la météo le permet, l'idée d'aller grimper demain germe dans la tête des gardiens...affaire à suivre donc...

Un petit clin d'oeil à ce mot écrit dans notre livre d'or qui nous a fait bien plaisir et sourire, nos remerciements à son auteur ! Voilà qui est rassurant notre "journal de bord" est lu et apprécié, ce n'est donc pas de l'énergie dépensée vainement ! Nos remerciements au passage à tous les lecteurs d'une tranche de notre vie dans ce coin perdu de montagne... bon courage à tous les citadins  ; ) !

François JOURNET (samedi, 03 septembre 2016 12:59)

Bonjour, un mot minuscule pour dénoncer le sadisme photographique acté dans le superbe journal de bord du refuge. Les orages récents, les vues démoniaques et superbes exposées sur votre site sont difficilement supportables pour un citadin privé de telles merveilles et congestionné dans la fournaise ici-bas... Le récit au jour le jour d'une vie là-haut cause une envie, une jalousie, une souffrance que même des doses de génépi conséquentes ne suffisent pas à éteindre. Allez-vous encore continuer longtemps à nous survolez comme ça? (Bravo quand même et bonne fin de saison à vous!)

Dimanche 4 septembre :

Un long voile flotte encore au-dessus de notre tête haut dans le ciel, les bourrasques le font onduler, le soleil s'y cache derrière timidement. Un vent de secteur nord-ouest assez soutenu s'est invité, il séjournera par ici jusqu'à mardi matin.

Six alpinistes encadrés par un guide se sont rendus au sommet de la Grande Ruine par la voie normale. Trois autres alpinistes ont effectué une école de glace...d'ailleurs à cette époque là de la saison on peut réellement parler d'école de glace au vu du peu de neige encore présente sur le glacier ! Sensations assurées pour des tous premiers pas en crampons !

Ce soir, ce sont neuf personnes qui viennent découvrir notre bout de montagne perdu. En cette fin de saison où le temps s'épaissit, on se replonge dans les lectures fétiches appropriées au lieu, à notre mode de vie "d'ermites saisonniers"... C'est "Dans les forêts de Sibérie" de Sylvain Tesson que l'on se retrouve le mieux, notre cabane n'est pas située sur les rives du lac Baïkal mais au coeur du parc des Ecrins dominée  par une canopée de sommets. " L'homme libre possède le temps. L'homme qui maîtrise l'espace est simplement puissant. En ville, les minutes, les heures, les années nous échappent. Elles coulent de la plaie du temps blessé. Dans la cabane, le temps se calme. Il se couche à vos pieds en vieux chien gentil et soudain, on ne sait même plus qu'il est là. Je suis libre parce que mes jours le sont." Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson.

 

Samedi 3 septembre :

Le ciel s'est habillé d'un voile léger depuis le petit matin. C'est un soleil filtré qui chauffe les parois.

Nos deux randonneurs d'hier soir sont descendus rejoindre la vallée ce matin, après avoir respiré une bouffée d'air pur et de quiétude... C'est ce qu'ils étaient venus chercher !

Le gardien est de retour... Le tajine mijote à petit feu, le fondant au chocolat attend de se faire déguster ou dévorer selon le niveau de gourmandise, et le pain s'apprête à cuire dans le four, il diffusera bientôt son parfum croquant et doré !

Nous recevons une quinzaine de personnes ce soir, des alpinistes et des randonneurs.

Deux vautours fauves ont trouvé des ascendances thermiques au-dessus de la Tour Carrée avant de transiter vers d'autres horizons. Une compagnie de milieu d'après-midi toujours bien agréable ! Vraiment difficile d'interrompre sa lecture pour contempler la ronde de ces grands oiseaux qui donnent l'impression de venir tout droit d'un autre âge... On essaye alors d'imaginer le lieu il y a plusieurs milliers d'années auparavant ...Un long voyage dans le temps !

Vendredi 2 septembre :

La gardienne est de retour après une brève pause "paperasse et chlorophylle".

Mardi et mercredi derniers, le gardien n'a eu aucune réservation. Il a pu s'octroyer un tête à tête avec la montagne. Hier, quatre jeunes randonneurs ont dormi au refuge. Le temps pour eux de profiter des derniers jours de vacances avant leur rentrée respective. Deux randonneurs passeront la nuit au refuge. Cette fois-ci c'est le gardien qui a à faire en vallée, il remontera demain. Descendu en parapente ce matin, il lui a fallu un petit quart d'heure pour rejoindre le parking !

Le soleil est au beau fixe. Il devrait être des nôtres durant tout le weekend, il sera juste estompé par quelques voiles nuageux...

La montagne est sage par ici, on respire, on s'imprègne, on observe, on se délecte de ce temps qui semble figé...

Mardi 30 août :

Les orages avaient envie de causer hier soir au-dessus de l'Italie et du Queyras. Ils ont poussé haut et fort la chansonnette jusqu'à l'aube, et nous, on a profité d'un spectacle grandiose depuis le refuge !

L'horizon à l'est était encore bouché ce matin, pourtant un ciel bleu baignait la Grande Ruine pour le plaisir d'une cordée partie sur la voie normale. Seuls au sommet, ils ont pu vite se rendre compte de la perturbation qui s'amorçait. Finalement, elle n'aura fait que quelques gouttes cet après-midi, on est loin des averses conséquentes annoncées.

Ce soir, c'est la pleine quiétude pour le gardien, il n'y aura personne au refuge... La gardienne quant à elle a rejoint la vallée pour un court séjour.

Lundi 29 août :

Hier soir, nous avons passé une très agréable soirée en compagnie d'un randonneur-architecte. Nous avons rénové et refait les plans du monde à la norme HQE ! Un constat assez pessimiste du devenir des zones naturelles sous le raz-de-marée des aires urbaines...Bon... on a quand même terminé sur une note optimiste après avoir partagé un petit digestif maison !

Il a pris le chemin du refuge du Pavé ce matin, tandis qu'à 5H30 nous avions déjà décollé pour l'escalade de la face est de la Tour Choisy. Depuis le col des Neiges, nous avons assisté à l'un des plus beaux levers de soleil qu'il nous ait été permis d'admirer par ici ! Une véritable aquarelle mouvante ! Des nuages lenticulaires orangés coiffaient la Barre des Ecrins et à l'horizon les lignes de crêtes se fondaient dans un ciel doucement rosé. La lune discrète et haute ornait ce diadème matinal ( très grand regret pour la gardienne d'avoir laissé au chaud son matériel photo ! Le moment est photographié dans la tête ! ).

Au programme de cette escalade : se faire plaisir, la découverte de la voie pour la gardienne et pas mal de ménage pour le gardien !

Une belle journée de grimpe donc. En bonus, nous avons été suivis tout du long par des dizaines d'accenteurs d'alpins, nous dévisageant depuis le haut des gendarmes... ça gazouillait fort dans la voie ! Au sommet, la récompense fut au rendez-vous, bien sûr le panorama...mais six vautours fauves sont venus planés en-dessous de nous ! Du début jusqu'à la fin nous en avons pris plein les yeux !

Retour en début d'après-midi à Adèle...par ici c'est toujours la grande quiétude, nous recevons quatre personnes. Demain, le temps devrait virer à l'orage ce sera alors la très grande quiétude !

Dimanche 28 août :

"Là, tout n'est qu'ordre et beauté. Luxe, calme et volupté". Une phrase dont on pourrait entendre l'écho ricocher entre les parois. C'est bien un dimanche très calme sur notre bout de montagne. Après le départ des randonneurs et alpinistes ce matin ( revenus du sommet de la Grande Ruine par la voie normale ), nous n'avons vu aucune âme qui vive ! Hier, une trentaine de randonneurs à la journée a accosté sur les rives du refuge le temps d'un casse-croûte. Ce midi, personne n'est venu fouler la terrasse...

Nous recevons ce soir un randonneur, bien heureux de se retrouver dans cette ambiance particulièrement sauvage.

Nous sortons les livres que nous avions mis de côté un moment. On prend le temps tout simplement !

Samedi 27 août :

Voilà, nous avons perdu quelques degrés ! La sieste au soleil s'est faite aujourd'hui polaire sur le dos. La matinée a été belle et ensoleillée, et en cette fin d'après-midi les cumulus font leur grand retour. Cela doit bien faire une semaine que nous les avions perdus de vue. Pour fêter ça, ils nous ont arrosés de quelques gouttes symboliques, histoire de marquer le coup sûrement !

Seulement un père et son fils ont profité du panorama depuis le sommet de la Grande Ruine ce matin, et nos randonneurs se sont levés admirer le jour naissant.

Aujourd'hui, il fallait garder la tête en l'air. Deux parapentes ont enroulé des thermiques au-dessus de la Tour Carrée suivis de près par quatre vautours fauves...un sympathique spectacle ! Ce midi, ce sont deux grands corbeaux qui se sont invités en territoire "chocards" près du refuge. Nous avons attendu, bien curieux, de voir comment la fin de l'histoire allait se dérouler mais chaque espèce est restée calme. Nous avions tout de même assisté, il y a de cela un certain temps, à l'attaque de chocards sur un renard de passage. Ici, c'est chez eux et quand ils veulent ils savent le faire comprendre !

Ce soir, nous recevons une dizaine de personnes. A notre grande surprise, ce midi, environ une trentaine de personnes sont montées jusqu'au refuge en aller-retour, ce qui n'arrive jamais ! On vous avouera que l'on n'a pas trop compris et que l'on ne comprend toujours pas, un grand mystère !

On vous laisse admirer les photos de Frédéric Froment dans notre galerie. Photos prises durant le lever de soleil au sommet de la Grande Ruine. Merci Frédéric !

Vendredi 26 août :

Les jours passent et se ressemblent...Une monotonie tout en bleue et en chaleur...c'est bon pour nous mais pas forcément pour tout le monde !

L'isotherme 0 degré campe toujours à 4700m et cela ne fait pas franchement du bien à la montagne ! Ce matin, nous avons assisté à un bel éboulement rocheux dans la face Nord de Roche Faurio, alors prudence avec ces jours continus de forte chaleur !

A 4H30, ils étaient 11 alpinistes au petit-déjeuner. Quatre cordées ont parcouru la voie normale de la Grande Ruine jusqu'au sommet, et une cordée a escaladé l'arête sud-est de la Pointe Brevoort. Un des alpinistes a pris le chemin du retour par les airs en parapente...ce qui a immédiatement donné envie au gardien de sortir sa voile...On a pu observer pas mal de drôles d'oiseaux multicolores aujourd'hui dans le ciel !

En cette fin de saison, le calme est roi. Nous recevons six personnes ce soir, qui dormiront certainement mieux ici dans la fraîcheur des montagnes que dans la chaleur pesante des vallées. Au moins quand le réchauffement climatique aura fait fondre tous les glaciers, les refuges de haute-montagne pourront peut-être se réorienter vers un "tourisme climatique", où il fera bon être en haut plus qu'en bas !

 

Jeudi 25 août :

Toujours grand beau, grand chaud...une météo à menthe à l'eau !

L' isotherme 0 degré plafonne toujours vers 4700m. On aimerait passer de l'écran total sur les glaciers mais notre tube est trop petit, alors on les regarde se dévêtir de leur manteau neigeux, bien impuissants !

Malgré cette chaleur, le regel a semblé correct ce matin. Un père et sa fille se sont rendus au sommet de la Grande Ruine par la voie normale. Ils ont profité d'un ciel sans nuage pour voir loin, très loin à 360 degrés autour d'eux !

Nos randonneurs sont descendus à la fraîche, certains sont allés rejoindre le refuge du Pavé pour une nouvelle nuit minérale, on attend les photos de la baignade dans le lac du Pavé ( même pas chiche ! ) !

Bonne nouvelle notre hermine semble s'être multipliée, hermine junior nous a laissé entrevoir ses moustaches hier soir... plutôt une mauvaise nouvelle pour les campagnols des neiges dont elle se régale ! A midi, le Tichodrome échelette est venu papillonner en quelques coups d'ailes près du refuge !

Ce soir, 12 personnes sont venues se mettre au frais aux pieds des glaciers.

Mercredi 24 août :

On fond au soleil...enfin nous un peu mais les glaciers beaucoup ! Bête à dire mais on a comme l'impression de souffrir à les voir agoniser sous ces journées où l'isotherme O degré s'est mis en tête de réussir l'épreuve de saut en hauteur...et en plus il y arrive bien, il va finir par nous décrocher une médaille !

Pour tous ceux qui se demandent quelles sont maintenant les conditions sur la voie normale de la Grande Ruine, il faut avouer que la cotation n'est plus de F, mais un peu plus. Le bas du glacier alterne entre roches et glace, puis on reprend pied sur la neige. Le passage de la rimaye se dénude et ce qui était tout en neige il n'y a pas si longtemps, se retrouve en glace ( quelques mètres seulement ). Il faut donc plus que jamais avoir déjà eu une expérience en "cramponnage" pour être à l'aise durant la course. Broches à glace et crampons bien affûtés ne sont plus inutiles !

C'est dans ces conditions de fin de saison, que deux groupes encadrés par des guides ont découvert la marche glaciaire. Malgré le manque de neige, la sortie les a ravis !

Aujourd'hui, on retrouve avec joie un des alpinistes accidenté sur la Tour Choisy, il y a plusieurs semaines de cela. Nous avions eu très peur ce jour-là, et nous sommes donc très heureux de lui offrir la part de tarte promise ! "Grégoire, on est de tout coeur avec toi, de la tarte on en refera...et un grand merci pour cette petite bouteille, elle est déjà au frais" !

Beaucoup de soleil, mais peu de monde dans notre coin perdu. La montagne sauvage c'est maintenant par chez nous et encore plus les jours à venir ! Ce soir, nous accueillons neuf personnes.

Il parait que quand il fait chaud, il faut boire beaucoup...à la vôtre !

Mardi 23 août :

Dernière ligne droite, très bleue et ensoleillée, avant la rentrée scolaire pour certains !

L'isotherme 0 degré a grimpé à 4900m aujourd'hui. Les glaciers suent sous ce soleil de plomb... nous aussi d'ailleurs, on a mis pour un moment de côté le binôme obligatoire : polaire-doudoune !

Hier soir, vers 19h, la cordée de jeunes alpinistes venue répéter la voie "des Trois Piliers", n'était toujours pas de retour. Nous en avons donc informé les secours en montagne qui après avoir temporisé, sont venus faire une reconnaissance par hélicoptère. Plus de peur que de mal, une erreur d'itinéraire a prolongé de plusieurs heures leur ascension. Ils sont rentrés sous la clarté d'une lune bien rousse. Le gardien les a accueillis fondant au chocolat à la main !

Une cordée italienne s'est offerte le luxe d'être seule au sommet de la Grande Ruine ce matin.

Il fait beau, il fait chaud, rien à signaler aujourd'hui, tout va bien !...Ce soir, nous recevons 16 personnes, contrairement à hier, ce sera une majorité d'alpinistes plutôt que de randonneurs.

 

Lundi 22 août :

Une journée avec un ciel bleu "Hautes-Alpes," sans le moindre nuage à l'horizon ! Des conditions biens difficiles qui obligent nos randonneurs à buller au soleil et à siroter un rafraîchissement en terrasse. Le névé d'à côté sert de salle de bain provisoire. La douche à la neige face à la Barre des Ecrins, rien de tel pour se remettre d'une montée sous un soleil qui pique ! Qui a dit qu'on manquait de confort par ici ?

Le ciel parfaitement dégagé ce matin a profité à un bon regel pour nos quelques cordées. Un guide et un jeune photographe (prometteur !) se sont levés à 3H30. Ils sont arrivés au sommet de la Grande Ruine pour le lever de soleil. On attend avec impatience les photos de ce moment qui a dû être certainement magique !

Une autre cordée a parcouru en partie l'arête sud-est de la Grande Ruine mais aujourd'hui ils manquaient un peu de forme et de mental pour achever la voie, pas grave ce sera pour une prochaine fois ! Deux jeunes bivouaqueurs sont allés répéter la voie "des Trois Piliers", en TD - . Une voie ouverte par le gardien et son cousin l'année dernière qui a pour avantage de sortir au sommet de la Grande Ruine.

Au refuge, nous accueillons ce soir une quinzaine de personnes, pour le moment la salle est désertée la faute au soleil qui fait son "show" en terrasse.

Si vous voulez apprécier le talent du jeune photographe Frédéric Froment, c'est par ici !

Dimanche 21 août :

Après un samedi bien pluvieux, ce dimanche nous avons arrêté de boire la tasse ! A 5H00, la lune berçait de sa lumière la mer de nuages. La nuit fut fraîche mais le soleil par la suite dans sa grande générosité n'a pas oublié de nous réchauffer.

C'est au-dessus de ce ressac brumeux que trois cordées ont atteint le sommet de la Grande Ruine par la voie normale, elles étaient bien tranquilles là-haut au soleil alors qu'en bas le brouillard persistait encore !

Cinq randonneurs sont descendus rejoindre le col du Lautaret après avoir apprécié la vue qu'ils n'ont pas eu la chance de contempler hier en arrivant.

Ce soir, dans la fraîcheur d'une soirée de fin août nous accueillons six personnes.

Samedi 20 août :

Au lever du soleil, le temps était encore sec, un horizon de lumières perçait une épaisse masse de nuages au-dessus des lignes de crêtes. Les averses sont arrivées aux premières gorgées d'un café fumant et puis elles ne nous ont plus quittés.

La limite pluie-neige est difficile à évaluer puisque le brouillard enveloppe encore les sommets. Elle est certainement bien haute. Au refuge, la pluie ne s'est jamais cristallisée.

Un temps donc à rester sous la couette accompagné d'un bon livre ! Le séchoir plie sous le poids des vêtements qui s'égouttent. Cinq randonneurs sont montés depuis le col du Lautaret et deux alpinistes ne devraient pas tarder.

Deux jeunes alpinistes, qui sont présents depuis hier soir, sont allés se dérouiller les crampons sur le bas du glacier. Ils ont essayé de marcher entre les gouttes mais il n'y sont pas arrivés ! Demain, ils atteindront au sec et sous le soleil le sommet de la Grande Ruine !

Vendredi 19 août :

Nous avons ouvert les yeux ce matin sur un ciel bien bleu.

Le panorama depuis le sommet de la Grande Ruine était donc parfaitement dégagé pour deux cordées qui ont emprunté la voie normale. Une cordée de trois alpinistes a escaladé la face est de la Tour Choisy. Aurélien ( le gardien) et son cousin sont allés découvrir l'arête sud-est de la Tour Choisy, ils l'ont parcourue sur le fil dans son intégralité, ce qui à priori n'avait encore jamais été réalisé. Une belle escalade en 5+ maximum, en bon rocher, le topo de la voie suivra sur le journal ! Leur descente s'est faite par la traversée Tour Choisy- Pic Bourcet, cette dernière fait partie de la liste de course demandée lors du probatoire du guide de haute-montagne.

Ce soir, nous accueillons quatre personnes...Une soirée bien calme en perspective. La journée de demain devrait nous apporter des ondées dès la matinée.

 

Jeudi 18 août :

Après de furtives éclaircies matinales, le temps a du vague à l'âme, le gris est venu diluer le bleu azur et quelques gouttes ont déjà rafraîchi l'atmosphère.

Trois cordées se sont rendues au sommet de la Grande Ruine, deux d'entre-elles par la voie normale et une autre par l'arête sud-est. Une cordée continuera son périple alpin du côté du refuge du Pavé cette fois-ci. Trois randonneurs achèveront leur tour des Ecrins ( GR 54 ) aujourd'hui au village du Mônetier, après un léger détour hier par chez nous !

Le 15 août est passé et les lieux retrouvent une certaine quiétude. Ici, en haute-montagne les lumières s'adoucissent et se dorent doucement. Dans l'ombre de l'été, une nouvelle saison se prépare, bien plus précoce à notre altitude qu'en vallée. L'occasion de rediriger notre regard sur ce qui nous entoure. Par la fenêtre, les cris répétitifs des jeunes chocards quémandant la bécquée, rythment la journée et l'hermine se laisse apercevoir postée en chandelle sur le pas de la porte de l'ancien refuge.

Au pied des grandes parois, nous attendons ce soir une dizaine de personnes.

Mercredi 17 août :

Quelques nuages stagnaient déjà dans le ciel ce matin. Sur le pas de la porte, une ombre en contrebas nous a interpellés...Le vol du majestueux Gypaète Barbu ( juvénile ) s'étirait lentement de toute son envergure à quelques mètres de nous, suspendant le temps du bout de ses ailes. Cette rencontre procure d'autant plus d'émotions qu'elle est très rare par ici. On réalise à chaque "tête-à-tête" avec cet oiseau si fascinant, sa grandeur et sa beauté ! Un chouette moment qui nous a distrait à l'heure du ménage, on en redemande !

Deux cordées se sont rendues sur la voie normale de la Grande Ruine. Les deux n'ont pas atteint le sommet, mais la satisfaction était bien présente. Une cordée avec guide projetait d'escalader le pilier sud de Roche Méane, un souci de santé du client les a obligés à faire demi-tour au pied de la voie, à charge de revanche, ce sera pour une prochaine fois !

Cet après-midi, nous avons essuyé une averse courte mais efficace, rinçage assuré ! Depuis, le soleil a fait son retour. Nous accueillons une douzaine de personnes ce soir.

Mardi 16 août :

La gardienne a repris son poste après une brève pause bucolique. Après plusieurs mois dans un univers hautement minéral, on a de temps à autre des carences en verdure...alors on descend pour se faire du bien, le temps de plonger ses pieds dans la pelouse et les torrents !

Le soleil de la matinée a laissé place aux nuages mais pour le moment ils n'ont pas l'air menaçant...tant mieux !

Hier, une cordée a escaladé le pilier sud de Roche Méane, ils en ont été ravis. L'arête sud-est de la Grande Ruine s'est faite hier et aujourd'hui. Le glacier a une petite mine en cette mi-août ( peut-être qu'il est en manque de verdure lui aussi, on va lui dire de descendre faire un tour en bas ! ) le bas est maintenant déneigé. Le passage de la rimaye selon les derniers alpinistes semblent ne pas trop poser de souci.

Ce soir, nous recevons 18 personnes venues profiter du créneau de la semaine, une dégradation orageuse devrait se profiler à l'horizon demain après-midi et jeudi prochain.

Dimanche 14 août : 

La matinée a été belle puis cet après-midi des cumulus massifs sont venus engloutir le soleil. La brise parfois assez forte a rafraîchi l'atmosphère. Le temps a tout de même était clément pour nos quatre cordées engagées sur la voie normale de la Pointe Brevoort, et pour deux cordées parties escalader l'arête sud de la Grande Ruine

Ce soir, une quinzaine de personnes se retrouveront au refuge. On voyage, ce soir anglais et néo-zélandais sont parmi nous !

Samedi 13 août :

Les sommets continuent de flirter avec un ciel toujours aussi bleu, parfois ils font causette à quelques cumulus de passage !

Quatre cordées ont emprunté la voie normale de la Pointe Brevoort, et une cordée a escaladé l'arête sud de la Grande Ruine.

Le refuge a pris une déferlante de vitalité, hier soir de nombreux jeunes étaient présents. Pour certains, ce fut l'occasion de chausser les crampons pour la première fois, aller observer les crevasses de plus près et assister au lever de soleil sur le glacier...Bref, certainement des images et sensations qui les marqueront, et en plus s'il y a du fondant au chocolat au refuge qui les attend, le souvenir sera d'autant plus persistant !

La gardienne est descendue en vallée pour une brève pause "chlorophylle" avant que l'automne ne dore de trop les pelouses alpines. Déjà deux mois sans descendre une seule fois du refuge, le temps file ! L'escale dans le vert pays va faire le plus grand bien... Retour au poste prévu pour lundi ! En attendant le gardien reçoit ce soir 17 personnes dont la plupart des alpinistes. Finalement, par chez nous le weekend du 15 août est plutôt calme !

Vendredi 12 août :

Les sommets se sont faits arroser par une pluie d'étoiles filantes la nuit dernière. Des randonneurs se sont réveillés pour profiter du spectacle de cette averse pas comme les autres ! Ils sont repartis se coucher des scintillements plein les yeux !

Trois cordées dont une avec guide, ont emprunté la voie normale de la Grande Ruine ce matin. Malheureusement, pour l'une des cordées, l'un des alpinistes est revenu avec une forte douleur à la cheville à la suite de la chute d'un bloc sur celle-ci. La descente va être bien longue et douloureuse. Bon courage...

Le beau temps se maintient sur l'Oisans. Ce soir, nous accueillons une vingtaine de personnes...et une fois n'est pas coutume, le refuge devrait s'égayer par la présence de plusieurs jeunes enfants et adolescents !

 

Jeudi 11 août :

Une belle journée sur le massif, le ciel a seulement été ponctué par de petits cumulus. Les températures sont encore restées fraîches pour la saison, elles devraient remonter à partir de demain, et le beau temps devrait se prolonger un peu.

Tout va bien, la gardienne a récupéré un peu de sa "zombi attitude" et on a retiré au gardien un trop plein de sagesse, d'ailleurs le dentiste qui s'en est chargé, a profité de son jour de repos pour monter nous voir !

Aujourd'hui, deux cordées ont emprunté la voie normale de la Grande Ruine, une a escaladé l'arête sud de la Grande Ruine et une autre la face est de la Tour Choisy.

Ce soir, nous accueillons une dizaine de personnes. Pour nous ici l'été se poursuit tranquillement...

 

Mercredi 10 août :

La mer de nuages nous a fait jouer à cache-cache ce matin avec les sommets voisins. La nuit et la matinée ont été fraîches et humides, le fond de l'air avait un léger parfum d'automne ici en haute-montagne.

Une cordée avec guide s'est rendue sur la voie normale de la Grande Ruine, et un père et sa fille sont allés cheminer sur le bas du glacier.

La nuit dernière, un petit souci de santé du gardien ( rien de grave ! Juste une toute petite rage de dents qui vous scotche au plafond ! ) nous a fait passer une nuit totalement blanche. Le revers de la médaille de ce métier qui fait tant rêver ! Même les jours où la forme n'est pas au rendez-vous, il faut trouver l'énergie de descendre jusqu'en vallée pour se faire soigner. C'est là que l'éloignement et l'isolement pèsent le plus. Et puis quand l'un descend, l'autre doit assurer seul, même avec huit semaines maintenant de nuits d'à peine quelques heures et une nuit blanche dans les pattes...Neurones en vrac et zombi attitude assurés ! Tu t'es vu quand tu ne dors plus ?

La gardienne remercie donc toutes les personnes présentes ce matin qui ont fait preuve de compréhension face à sa fatigue sans nom ! Tout le monde a bien compris qu'un gardien de refuge n'est pas une machine, mais bel et bien un être humain avec ses forces et ses faiblesses, et qu'il n'est pas toujours évident d'être au meilleur de sa forme sur des journées s'étalant de 4H à 22H et cela pendant 20 semaines ! A cette époque de la saison, les cernes se creusent et les siestes ne remplacent plus une vraie nuit complète, on ne sait d'ailleurs même plus trop ce que c'est : "une quoi ? Une nuit de huit heures ? Non, connais pas !"!...Pour tous ceux qui s'intéressent à ce métier, voilà une des réalités ( parmi d'autres ! ) à certainement pas négliger ! Il faut être animé de beaucoup de passion et d'énergie pour tenir dans les jours délicats. Heureusement, l'allégresse des personnes que l'on rencontre ici fait l'effet d'un grand bol de café bien serré, ça vous stimule sur-le-champs, et puis la beauté des lieux vous dope tout simplement ! On dormira à l'automne... quoique...Une si belle saison, ce serait dommage de fermer les yeux sur ces remarquables couleurs !...On hibernera alors !...Ah non, le ski c'est trop bon !...Bon, reste plus qu'à se servir un petit café !

Alpinisme, bivouac, joie, nuit étoilée, conserves de maquereaux et crumble maison offert par les gardiens...y'a pire !
Alpinisme, bivouac, joie, nuit étoilée, conserves de maquereaux et crumble maison offert par les gardiens...y'a pire !

Mardi 9 août :

En seconde partie de la nuit dernière, une mer de nuages s'est engouffrée jusqu'au plus profond des vallées. Peu de temps après, ce sont les nuages d'altitude qui ont assombri rapidement le ciel. A midi, les premières averses se déversaient sur nous. Globalement, les cordées engagées aujourd'hui sur la voie normale de la Grande Ruine et sur l'arête sud-est de la Pointe Brevoort ont évité le plus fort des précipitations.

Le brouillard vogue maintenant dans une atmosphère qui s'est bien rafraîchie. Le retour d'un temps sec et ensoleillé devrait se faire à partir de demain.

Nous attendons une quinzaine de personnes ce soir...Elles auront certainement plus soif de thés et chocolats chauds, que de sodas et bières bien fraîches ! On a monté la vache à traire pour l'occasion !

Lundi 8 août :

Encore une invasion de ciel bleu pour aujourd'hui, de la chaleur et juste ce qu'il faut d'une petite brise pour se rafraîchir ! Des milliers d'étoiles ont répondu présentes la nuit dernière dans un ciel parfaitement dégagé, la voie lactée a déroulé son écharpe éclatante tout près ici de la Barre des Ecrins et les étoiles filantes ont été si nombreuses qu'il a fallu faire preuve d'imagination pour trouver les traditionnels vœux !

Le regel sur le glacier a été correct. Huit alpinistes ont emprunté la voie normale de la Grande Ruine. Deux cordées ont escaladé l'arête sud de la Pointe Brevoort, et une cordée avec guide s'est rendue dans le pilier sud de Roche Méane ( TD / TD + ).

Demain, les nuages devraient faire leur retour et nous apporter quelques averses, puis ce sera le retour d'un temps sec et ensoleillé !

Dimanche 7 août :

Du 5 au 9 août, c'est la "Nuit des Etoiles", des milliers de petites lumières éclosent sur le parterre sombre de la nuit, par moment arrosées d'une légère pluie d'étoiles filantes. Que demander de plus ? La magie et la beauté sont là, dans leur plus simple appareil, à nous de prendre le temps de les savourer.

C'est sous cette voûte céleste que quatre cordées ont cheminé jusqu'au sommet de la Grande Ruine par la voie normale et deux cordées ont escaladé l'arête sud de la Pointe Brevoort.

L'Oisans baigne dans un bleu d'huile intense, la chaleur est de retour. Le soleil étire ses rayons comme il étire le temps. On ralentit le rythme...Nous accueillons ce soir une quinzaine de personnes, heureuses d'être là en montagne, au coeur de l'été !

 

Samedi 6 août :

Après une matinée froide et ventée (par un vent de secteur nord-est), le soleil a vite réchauffé l'atmosphère et le vent s'est peu à peu essoufflé. L'amplitude thermique de la journée a été très importante. T.shirts, casquettes et shorts ont rapidement remplacé les bonnets et doudounes qui furent de rigueur ce matin. Les transats colorent maintenant la terrasse, l'hermine vient y faire son "show" ! Par ici, c'est un peu le pays des extrêmes, il faut s'adapter et faire avec, c'est ce qui donne le caractère et fait le charme du lieu !

Plusieurs cordées sont allées prendre le frais aujourd'hui. Une cordée s'est rendue sur la voie normale de la Grande Ruine, trois alpinistes ont escaladé l'arête sud-est de la Pointe Brevoort et deux autres la face est de la Tour Choisy.

Ce soir, une vingtaine de personnes est présente. Randonneurs en famille multi-générations et alpinistes "bullent" tranquillement sous un soleil maintenant généreux...La vie se fait bien douce les doigts de pieds en éventail !

Vendredi 5 août :

Réveil la tête dans le brouillard épais et les averses de neige, la fraîcheur de l'air donne la chair de poule. C'est l'hiver ou bien c'est l'été ? On se frotte les yeux pour mieux se réveiller...c'est un peu l'hiver dans l'été !

Les parois ont été saupoudrées de quelques petits centimètres de neige, la limite pluie-neige s'est située environ à 3000m d'altitude ce matin.

Cet après-midi, le soleil donne des coups de coude aux nuages pour faire sa place, mais ces derniers sont coriaces...ça sèche lentement mais sûrement ! Nous attendons 11 personnes ce soir. Demain, c'est le retour de l'été dans l'été...les transats sont dans les starting-blocks, ils ont loupé la sélection pour les Jeux-Olympiques de Rio, du coup ils restent par chez nous, tant mieux !

Jeudi 4 août :

La matinée a été belle pour tout le monde. Une cordée familiale s'est offerte le sommet de la Grande Ruine sans personne d'autre qu'eux là-haut. Une cordée de trois alpinistes ont "mangé du lion" au petit-déjeuner !... Ils ont enchaîné la face Est de la Tour Choisy puis l'arête sud de la Grande Ruine...cet enchaînement est une première par ici depuis que nous sommes gardiens ! Faudra repasser pour se mettre un peu plus dans le rouge parce que là c'était trop facile, arriver un peu avant le dîner pour du coup partager un apéro au soleil, et rejouer de belles mélodies pendant l'heure de la plonge ; ) !

En ce qui concerne les conditions sur ses voies, elles sont bonnes, le col de la Casse Déserte est maintenant entièrement déneigé, il se remonte tout de même bien grâce à des points d'assurage situés en sa rive gauche.

A 8h00, nous avons effectué notre dernier héliportage. C'est bon ! On a de quoi vous régaler et vous désaltérer pendant encore six semaines ! L'hélicoptère des vivres a été suivi de l'hélicoptère du secours en montagne pour prendre en charge un randonneur qui présentait des signes alarmants d'une crise de tachycardie. On lui souhaite de se porter mieux très rapidement et nous espérons le revoir avec plaisir au refuge !

Un très GRAND merci aux randonneurs qui ont aidé spontanément la gardienne a vidé les deux bags de courses !

Ce soir, c'est repos, nous n'aurons personne au refuge...les prévisions météo annoncent d'importantes précipitations et certainement quelques coups de tonnerre pour cette nuit. Le beau temps devrait faire son retour dès le weekend prochain, plus qu'à chausser les souliers et en profiter !

 

Mercredi 3 août:

Il y avait du monde au refuge hier soir, plus d'une quarantaine de personnes étaient présentes. De nombreux randonneurs sont venus respirer l'air pur d'altitude. Parmi eux certains arrivaient du refuge du Pavé ou s'y rendaient. De jolies marches alpines à réaliser seul, en famille ou entre amis ! De chez nous, un groupe d'une dizaine de marcheurs a rejoint le village du Casset via le col d'Arsine et le Réou d'Arsine, un petit coin de paradis où serpentent en méandres les eaux glaciaires fraîchement descendues du massif des Agneaux !

Ce matin, le regel a été correct pour les cordées. Elles étaient nombreuses sur la voie normale de la Grande Ruine. Les conditions ont évolué, le bas du glacier présente un passage délicat ( une dizaine de mètres ) en glace où il fait bon savoir cramponner correctement. Le reste du glacier est encore en neige. Les conditions dans le couloir "caché" ont elles aussi évolué, un peu de glace apparaît, mais il y a de quoi s'assurer et en restant en crampons, cela passe bien ! Trois cordées se sont régalées dans l'arête sud-est de la Grande Ruine.

Ce soir, la gardienne reçoit une quinzaine de personnes. Le gardien est descendu en vallée faire le plein de vivres pour nos sept semaines restantes. Demain matin, aura donc lieu notre dernier héliportage de la saison avant la descente des déchets le 12 septembre ! Heureusement, le temps devrait rester clément au moins en matinée puis un passage orageux devrait s'inviter demain après-midi ! Ce weekend nous devrions retrouver un franc soleil, tant mieux !

 

Lundi 1er août :

 La matinée a été assez fraîche et humide pour ce premier jour du mois d'août. Le brouillard ne s'est dissipé que lentement. L'arrivée du soleil a séché les parois et réchauffer l'atmosphère. Une journée tranquille par ici où le gardien a eu le temps de déployer son aile, et la gardienne son linge au soleil !

Le soleil devrait se maintenir au moins jusqu'à jeudi matin puis un épisode instable devrait faire des siennes de jeudi à vendredi. Ce soir, c'est rencontre internationale autour de la table : trois alpinistes allemands, deux randonneurs italiens et deux randonneurs belges partageront un bon dîner ! Le plaisir des papilles, un langage universel !

 

Dimanche 31 juillet :

La nuit dernière notre sommeil a été haché. L'orage nous a sorti plusieurs fois de nos rêves et événement rare, la montagne a frémi d'une secousse sismique que nous avons ressentie vers 22H20. Nous avons d'abord cru à une rafale de vent plus forte que les autres qui nous a laissés sur le moment sans réponse...C'est à la lecture des nouvelles de la région ce matin que nous avons pu apprendre l'origine de ce tremblement de terre. Le séisme aurait été d'une magnitude de 4,4 et l'épicentre se serait situé dans le Piémont italien...Le ciel et la terre nous ont donc bien secoués !

Le créneau météo espérait par les alpinistes n'est arrivé que trop tard. A 5h00, les éclairs illuminaient encore les sommets proches, il n'aurait pas été prudent de mettre un crampon dehors sous ce mauvais temps et sans regel suffisant du glacier ! A 8h00, l'orage est allé tambouriner plus loin. Randonneurs et alpinistes ont pu donc descendre sous quelques éclaircies, lesquelles nous ont tenus compagnie une bonne partie de la journée. Mais rebelote à 17h l'orage est de nouveau sur nous, il pleut à verse. Nous serons seuls ce soir à écouter les tambours du ciel autour d'un petit apéro !

Samedi 30 juillet :

Le dernier croissant de lune a souri aux étoiles la nuit dernière...il est bien agréable de réveiller les alpinistes à 4H30, d'en profiter pour aller respirer à pleins poumons la fraîcheur de la nuit et de s'apercevoir que le ciel nous dessine son plus beau sourire... On a dû lui raconter une blague ! C'est sous cette allégresse nocturne que les cordées sont parties vers l'arête sud-est de la Grande Ruine et le sommet de la Grande Ruine par la voie normale.

Le temps plutôt ensoleillé en début de matinée, s'est rapidement chargé. Finalement, en cette fin d'après-midi nous n'avons toujours pas souffert d'averses abondantes...sûr, ce sera pour demain !

Ce soir au refuge, deux randonneurs américains sont présents, tout droit venus de l'Arizona ! Cinq alpinistes avec guide espèrent un créneau pour demain matin pour atteindre le sommet de la Grande Ruine. Un samedi de pleine saison bien calme, la faute au pas beau !

Vendredi 29 juillet :

Une vague de fraîcheur a soufflé sur la montagne ! Jeunes enfants et grands adolescents ont foulé le glacier ce matin. Pour certains petits pieds il a fallu un peu de bricolage pour adapter à la bonne pointure les crampons ! Une cordée familiale s'est donc rendue au col du Diable...une première marche glaciaire dont les enfants se souviendront certainement longtemps... neige, glace, crevasses : un cocktail d'émotions nouvelles ! Ils sont revenus avec un grand sourire, le plus jeune à peine déséquipé s'est précipité pour retrouver la neige dans le plus proche névé ! La montagne : un jeu d'enfant ?...Pas si simple, mais en tous cas c'est un très beau territoire d'épanouissement ! Pour la petite histoire, ces enfants étaient montés nous voir l'année dernière et ils ont insisté auprès de leurs parents pour remonter cette année...et ils ont l'air motivé pour monter à nouveau l'année prochaine...Rendez-vous alors peut-être l'année prochaine !... Nous des sourires grands jusqu'aux oreilles on les prend avec grand plaisir !

Trois autres cordées se sont rendues au sommet de la Grande Ruine, deux d'entre-elles étaient accompagnées par des guides. Matinée ensoleillée et bon regel ont fait que l'ascension s'est faite dans de bonnes conditions pour tout le monde.

Actuellement sur la voie normale de la Grande Ruine, au niveau du bas du glacier la glace apparaît sur quelques mètres. Le reste de l'itinéraire demeure en bonnes conditions.Dorénavant, il est préférable d'avoir au préalable une petite expérience en cramponnage !

Ce soir, nous accueillons une douzaine de personnes.Tout le monde est déjà arrivé, il ne reste plus qu'à se détendre en terrasse !

Un grand merci à Maryse et Marc pour leur visite surprise, nous sommes très heureux de les avoir revus dans des meilleures conditions que la fois précédente...ils comprendront, et un grand merci pour le reste...ils comprendront aussi !

 

Jeudi 28 juillet :

Hier soir, avant de sombrer dans les bras de Morphée, nous nous sommes assis dehors pour observer en direction de la plaine du Pô d'impressionnants cumulo-nimbus se développer, d'abord rougeoyants au coucher de soleil, puis à la nuit tombée, ils se sont éclairés d'une toute autre lumière...celle de la foudre qui les traversait de part en part ! Un moment fascinant comme on n'en contemple pas souvent...Il y a pire spectacle avant de s'endormir !

Ce matin, le soleil était au beau fixe. Une famille a parcouru la voie normale de la Grande Ruine, ils se sont arrêtés un peu avant le sommet, mais qu'importe la course partagée fut appréciée de tous, c'est bien ce qui compte ! Sept militaires en entraînement se sont rendus sur l'arête sud-est de la Grande Ruine.

Depuis quelques jours, nous accueillons des familles avec jeunes enfants. Le refuge s'anime alors de cris de joie et d'éclats de rire si propres à l'enfance...des sons auxquels un refuge de haute-montage n'est pas vraiment habitué. Voilà donc qui est très agréable, cette jeunesse et cette énergie que rien n'ébranle même pas une montée de 1500m et une distance de 12 kms parcourus ! Même pas fatigués, et même pas mal aux jambes et même pas envie de faire la sieste...et en plus ils se lèvent avec le sourire à 4H30 !...vraiment impressionnants ces petits bouts ! Hier, la cadette des cordées avait 10 ans et s'appelait Adèle, demain matin c'est Pierre-Eloi qui du haut de ses 6 ans et demi fera ses premiers pas, avec ses frères et soeurs, sur un glacier et ils s'en réjouissent d'avance ! Pierre-Eloi notre cadet de la journée a d'ailleurs croisé ce midi notre doyen du jour ( voire depuis 4 ans que nous sommes au refuge ) Emilien, qui a 78 ans est venu boire le thé en terrasse en compagnie de sa fille, en aller-retour !! On voudrait avoir la même santé dans la tête, dans le coeur et dans les jambes, et pouvoir continuer à monter au refuge au même âge !

Mercredi 27 juillet :

Le soleil a souri à la haute-montagne ce matin et un peu moins aux fonds de vallées qui sont restés pris sous une mer de nuages. Un lever de soleil tout en douceur pour les yeux des randonneurs et des alpinistes. Trois cordées se sont rendues au sommet de la Grande Ruine par la voie normale, pour certains ce fut la joie de la première expérience en alpinisme ! Demain seule une cordée empruntera la voie normale, une virée à la Grande Ruine en famille ! Sept militaires iront s'entraîner dans l'escalade de l'arête sud-est de la Grande Ruine. Au programme pour eux cet après-midi : révisions des gestes d'un mouflage sur la terrasse et étude du topo de la voie.

A midi, nous avons partagé avec plaisir un casse-croûte avec Fanny et Niels, gardes du parc des Ecrins de notre secteur. Nous avons pu leur parler du comportement des chocards que l'on observe au quotidien, de l'hermine qui a élu domicile au refuge, des campagnols des neiges qui résistent à des températures extrêmes durant l'hiver, de la marmotte gourmande que l'on retrouve parfois la tête dans le composte, de la visite régulière d'un couple d'accenteur alpin et de leur petit, des furtifs rouges-queues, du survol des grands vautours fauves et de l'ombre de la silhouette de l'aigle royal sur les falaises, de la brise qui nous souffle une volée d'ailes colorées de papillons et de bourdons, compagnies éphémères qui nous rappellent l'éclat multicolore et le douillet des pelouses alpines...Tant de créatures discrètes mais bien présentes, qui se montreront à celui qui les respecte et sait se faire très patient, en tous cas elles enjolivent et enrichissent notre quotidien et participent à la magie des lieux !

 

Mardi 26 juillet :

Dès le matin, un effet de foehn débordait de la Savoie sur le massif des Cerces. Quelques temps après, les nuages sont allés jouer avec nos cordées parties parcourir l'arête sud-est et l'arête sud de la Grande Ruine. Avec l'humidité ambiante, le regel a été médiocre. En cours de matinée d'importants cumulus se sont formés, mais ils n'ont pour le moment donné aucune averse.

Tout s'est donc bien passé pour nos alpinistes, l'arête sud s'est faite en couple et la sud-est a été réalisée par un père et ses deux filles, lesquelles ont pour deuxième prénom, l'une Méane et la seconde Meije...certainement des amoureux du coin ! Pour eux, c'est une aventure qui prend fin par ici, après avoir séjourner deux jours à nos côtés...L'été n'est pas fini alors belles aventures en d'autres lieux !

Hier soir, ce fut une première nuit en refuge pour certains, un père et trois jeunes âgés de 11 à 14 ans sont venus grands yeux ouverts et plein d'enthousiasme pour découvrir la beauté des sentiers de montagne et un peu de notre quotidien...Ils sont descendus rejoindre ce matin le village de Mônetier par le col d'Arsine...déjà de très bons marcheurs en herbe !

Ce soir, nous accueillons une douzaine de personnes...qui attendent avec impatience l'heure du dîner...voilà une heure que le four diffuse des odeurs gourmandes ! Au menu ce soir : soupe dauphinoise, lasagnes à la bolognaise et crumble aux pommes ! Bon appétit !

lundi 25 juillet :

Depuis quelques jours, le ciel nous conte la même histoire. Un horizon sans nuage en matinée, puis quelques cumulus se forment et finissent en fin d'après-midi par nous happer, déversant ou non quelques courtes averses.

Ce matin, deux cordées dont une avec guide ont profité d'un panorama à perte de vue depuis le sommet de la Grande Ruine. Une de ces  deux cordées a poursuivi sur la voie normale de Roche Méane, qui est pour la première fois parcourue depuis que nous sommes gardiens ici. La voie part du col du Diable jusqu'au sommet de Roche Méane. Une cordée s'est faite plaisir dans l'arête sud-est de la Grande Ruine. Les parois ont eu le temps de sécher depuis hier. L'escalade peut donc reprendre au sec !

 

Dimanche 24 juillet :

Il est 17h15 et le temps a tourné à l'orage, il pleut averse et le tonnerre gronde près du refuge. La nuit dernière le ciel s'est dégagé laissant apparaître lune et étoiles. Aux lumières matinales, les sommets saupoudrés se sont laissés admirer. Randonneurs et alpinistes montés sous la pluie et le brouillard, hier après-midi, ont pu découvrir au réveil un sympathique panorama ! Le beau temps a permis à une cordée de trois alpinistes de se rendre au sommet de la Grande Ruine par la voie normale. Un ami guide et sa compagne ont très gentiment proposé à la gardienne d'aller goûter le plaisir d'une escalade partagée ! Les voilà donc partis tous les trois dans l'ascension de l'arête sud de la Grande Ruine bien humide aujourd'hui après les nombreuses averses d'hier après-midi et d'hier soir. Le col des Neiges passe bien ainsi que celui de la Casse Déserte, ce dernier se remonte encore entièrement dans la neige. L'arête étant légèrement enneigée ce matin, cela a compliqué certains passages habituellement plus faciles. Les averses de cet après-midi vont certainement en remettre une petite couche, une journée sous un franc soleil serait la bienvenue pour sécher les parois !

La voie normale de la Grande Ruine est en très bonnes conditions actuellement. L'itinéraire emprunté et conseillé est celui du "couloir caché" encore entièrement enneigé, la rimaye se passe sans problème. Il faut en profiter tant que c'est tout bon !

Un grand merci à Perrine et Mathieu pour cette belle escalade, on se retrouve cet automne autour d'une petite mousse !

Samedi 23 juillet :

Nous avons eu une nuit plus calme que la précédente, nous n'avons pas entendu le chant colérique de l'orage. Quelques brins de soleil ont réussi à percer les nuages ce matin, juste le temps pour notre cordée espagnole de se rendre au sommet de la Grande Ruine. En début d'après-midi, les premières averses sont venues nous arroser, responsables d'un défilé improvisé de capes de pluie et de Gore-tex sur le sentier. La neige a commencé à cristalliser à l'altitude du refuge, à 16h la limite est légèrement remontée.

Nous attendons une vingtaine de personnes. Un samedi soir plutôt calme sous ce ciel caractériel !

Un petit retour sur notre couple d'alpinistes espagnols qui a le mérite et l'originalité d'avoir parcouru une sacrée bambée bien alpine dans notre massif : départ Ailefroide - montée au refuge du Sélé - col du Sélé puis refuge de la Pilatte - ascension du Gioberney et de la pointe Richardson - refuge de Temples Ecrins - ascension du Pic Coolidge - centre alpin français de la Bérarde - ascension des Rouies - refuge du Châtelleret - col du Clot des Cavales - refuge du Pavé - crête des Chamois - refuge Adèle Planchard - La Grande Ruine - descente sur Mônetier - col de l'Eychauda - village de Pelvoux - retour Ailefroide - refuge des Ecrins - ascensions du Dôme des Ecrins et de Roche Faurio, si le temps le permet ils termineront leur périple dans notre massif par la traversée du Pelvoux. Ils seront fin prêts pour leur final : le Mont-Blanc ! On leur souhaite un beau voyage alpin !

Une petite vidéo sur l'ascension de l'arête sud de la Grande Ruine par Paul Régnier, encore merci pour le partage !

Vendredi 22 juillet :

Hier, nous sommes passés à travers le mauvais temps, mais aujourd'hui nous n'y avons pas échappé. A 3H30, le tonnerre a ricoché entre les parois et de nombreux éclairs ont zébré le noir profond de la nuit. Nous avons donc essuyé un bel orage qui a duré jusqu'au petit matin. Bien heureusement pour nos familles présentes au refuge, après le petit-déjeuner les éclaircies sont arrivées et ils ont pu descendre plus sereinement. En début d'après-midi, les averses et coups de tonnerre ont fait leur retour. Nous attendons une cordée de deux espagnols. Ils seront seuls ce soir et vont arriver certainement bien humides ! Demain, si la météo le permet ils se rendront au sommet de la Grande Ruine !

 

Jeudi 21 juillet :

La météo prévoyait des ondées dès le matin et un risque d'orage...Que nenni ! Le ciel a été globalement bien nuageux mais le plafond est resté suffisamment haut pour que les sommets ne soient pas pris. Nous n'avons même pas goûté à la fraîcheur de quelques averses...ce sera pour demain certainement !

Hier soir, nous comptions plusieurs cordées qui ont séjourné au refuge deux soirs de suite, un bon moyen de se connaître un peu mieux et de partager d'agréables moments. Ce matin, ils ont pris le chemin du retour vers la vallée et certains continuent leurs aventures vers le refuge du Pavé. Deux cordées encadrées par des guides se sont rendues au sommet de la Grande Ruine par la voie normale sous les éclaircies. Pour la plupart des alpinistes ce fut la première expérience glaciaire, tout s'est bien passé et la joie était lisible sur les visages !

Ce soir, c'est soirée "familles", avec grands-parents, parents et enfants, jeux de société, sodas et spaghettis au repas !

Un compte-rendu d'une sortie à l'arête sud-est de la Grande Ruine : ici 

Une vidéo de présentation du refuge réalisée par Paul Régnier, merci !

Mercredi 20 juillet :

Hier, nous avons eu malheureusement une ombre au tableau bleu. Un accident grave est survenu pour une cordée en face est de la Tour Choisy. Évoluant en dehors de l'itinéraire normal de la voie, le premier de cordée suite à la chute d'un bloc sous ses pieds, a dévissé sur plusieurs mètres. Le second de cordée est heureusement resté indemne. C'est une cordée située sur l'arête sud de la Grande Ruine qui a donné l'alerte ( un grand merci à cette cordée pour leur perspicacité : pas de réseau téléphonique dans les Ecrins, ils sont passés par le réseau italien pour envoyer des textos de secours à leurs proches qui ont pu nous prévenir et prévenir les secours en montagne, il fallait y penser ! ). Ce sont les secours en montagne de l'Isère puis de Briançon qui ont pris en charge l'accident ( merci à eux ils ont fait un travail remarquable ! ). Le pronostic vital de la victime n'est pas engagé, mais il devra se remettre de nombreuses fractures.

Nous avons donc passé la matinée d'hier à suivre le déroulement du secours depuis le refuge, impuissants avec la boule au ventre, ne sachant rien de la gravité de l'accident. De tels évènements vous secouent fortement...Nous avons attendu avec impatience d'avoir plus d'informations sur l'état de la victime depuis l'hôpital. Nous remercions les proches qui rapidement nous ont apportés de ces nouvelles et nous ont ainsi rassurés. Nous souhaitons à Grégoire ( et Eric) un très très bon rétablissement, et nous serons très très heureux de les retrouver au refuge, c'est certain on vous offrira une belle et bonne grosse part de tarte, ils comprendront...et puis on trinquera à la vie !

Difficile donc d'enchaîner une journée de travail après un si sombre épisode et de retrouver le sourire, surtout qu'hier nous avions du pain sur la planche ! 35 personnes sont montées sous un grand soleil, et finalement c'est leur allégresse qui nous ont faits nous sentir un peu plus légers. Une fois n'est pas coutume, nous avons accueilli plus de randonneurs que d'alpinistes dont de nombreux jeunes entre 8 et 14 ans. Les jeux de société ont été investis, et il fut bon pour le refuge de retrouver l'insouciance d'une âme d'enfant !

Plusieurs cordées ce matin se sont rendues au sommet de la Grande Ruine par la voie normale ou par les arêtes sud et sud est. Tout est en très bonnes conditions et le regel fut très bon.

Ce soir, c'est le retour au calme, nous partagerons la soirée avec 13 alpinistes. Il fait chaud, il fait beau, les randonneurs sont descendus à la fraîche ce matin, les alpinistes sont rentrés de course, certains restent ici pour continuer une autre voie demain, l'heure est à la sieste, chut !!

Lundi 18 juillet :

Conditions très difficiles en haute-montagne qui nous obligent à sortir le short, les tongs, la crème solaire et à creuser encore plus la courbe dorsale des transats ! C'est donc tempête de ciel vraiment très très  bleu par ici !

Ce matin, un guide et sa cliente ont pu énumérer la multitude de sommets qui se dessinent de la Meije jusqu'au Cervin, depuis la Grande Ruine. Ils étaient seuls face à cette immense canopée de crêtes. Une cordée à traverser par le col de la Casse Déserte pour rejoindre le vallon des Etançons, ils ont abrégé leurs plans vers le refuge du Promotoire et de l'Aigle à la suite d'une chute de pierre sur un genou ( blessure sans grande gravité mais qui ne fait pas du bien quand même !). Cette traversée est maintenant délicate et n'est plus forcément à conseiller. 

Grand beau temps et stabilité ont permis que parapentistes, planeurs et wingsuit investissent les airs. Quatre wingsuits ont sauté depuis le Doigt de Dieu de la Meije pour se poser dans le vallon des Etançons. Le gardien a rejoint en l'air plusieurs parapentistes présents dans le secteur, parmi eux, un s'est offert un joli vol au-dessus de la Barre des Ecrins ! Le gardien n'est pas en reste puisqu'il a pu survoler le refuge du Pavé, puis la face sud de la Meije après un petit coucou au refuge du Promontoire, de là il s'est dirigé vers Roche Faurio où il est passé à 100m au-dessus du refuge des Ecrins, puis il a repris une pompe vers les Dômes de Mônetier et enfin il est revenu éplucher les légumes au refuge...Ah non la gardienne avait déjà tout fini ; ) !

Dimanche 17 juillet :

Il régnait une très bonne ambiance hier, comme des marmottes sur leur rocher, les montagnards siégeaient sur les pierres de la terrasse aux derniers rayons de soleil... apéritif à la main !

Le réveil s'est fait à 4h30, ce matin, pour les alpinistes. La majorité des cordées a parcouru la voie normale de la Grande Ruine. L'itinéraire par "le couloir caché" est celui emprunté actuellement pour atteindre l'arête sommitale, il est en bonnes conditions. Une cordée avec guide a escaladé l'arête sud de la Grande Ruine, et une cordée s'est élancée dans l'escalade soutenue du pilier ouest du Pic Maître.

La journée a été estivale. Des conditions aérologiques idéales ont permis à un guide de rejoindre la vallée en parapente... le gardien a sauté sur l'occasion pour défroisser lui aussi son aile !

Par ici, on retrouve le calme après un weekend bien fréquenté, ce soir seulement quatre alpinistes dorment au refuge. Nous avons partagé un dîner convivial et avons la joie d'accueillir Pierre Mathonnet, guide à la Grave, lequel il y a quarante de cela a ouvert l'arête sud de Roche Méane, que l'on appelle aussi "la Mathonnet", une voie qui a été équipée l'année dernière. Une belle soirée a écouté tout sourire les anecdotes d'un guide qui pour sûr a de la bouteille et plus d'une aventure dans son sac !

 

Samedi 16 juillet :

De notre bulle perchée, où la sérénité règne et où l'écho des vallées est très lointain, nous n'avons eu vent de l'actualité que tardivement. Nous avons été profondément émus par l'annonce de ce nouvel attentat survenu à Nice, vendredi dernier. Nos pensées vont bien évidemment aux Niçois et à tous ceux touchés une nouvelle fois par l'horreur. Après l'épisode d'attentats parisiens de novembre dernier, Joann Sfar ( dessinateur contemporain de bandes dessinées ) exprimait son émotion à travers quelques phrases simples et justes : "Ceux qui Aiment. Ceux qui Aiment la Vie. A la fin, c'est toujours eux qui gagnent !"...Elles trouvent encore une fois tout leur sens.

Ici, les sourires et la bonne humeur ensoleillent les lieux. Nous étions complets hier soir, et ce soir nous attendons une trentaine de personnes.

Avec cette belle météo, alpinistes et randonneurs se prélassent en terrasse confortablement installés dans les transats.

Les cordées furent nombreuses sur la voie normale de la Grande Ruine, le regel, le moral, et la vue au sommet ont tous été très bons, actuellement les conditions sont idéales, pourvu que cela dure !

Nous avions une cordée avec guide dans la voie du Plan Incliné de la Tour Carrée, une cordée dans la face Est de la Tour Choisy, et deux cordées dans l'arête sud-est de la Grande Ruine. On remercie toutes les cordées qui sont venues séjourner plusieurs jours au refuge, et avec lesquelles nous avons passé un agréable moment !

Allez...On a du pain sur la planche, alors on y retourne ! Très bon week-end à tous !

Jeudi 14 juillet :

C'est la fête nationale, par ici c'est défilé les pieds dans la neige. Après l'épisode neigeux ( 2 à 3 cm au-dessus de 2700m ) d'hier après-midi et de la nuit dernière, le soleil a tout de même fait une apparition furtive ce matin, sublimant les parois rocheuses largement saupoudrées...La montagne a enfilé sa fine dentelle de neige et de roche !

Nos alpinistes non pas renoncés à leur course malgré un froid assez tenace. Le groupe espoir du CAF Alpes-Maritimes a conservé toute sa motivation pour escalader l'arête sud-est de la Grande Ruine. Une cordée avec guide s'est rendue sur la face est de la Tour Choisy...une ambiance bien hivernale dans les voies pour ce 14 juillet !

Pour ces quelques jours à venir, nous n'allons pas chômer...Ce soir, nous accueillons une trentaine de personnes, demain nous sommes complets et samedi nous comptons pour le moment une vingtaine de personnes. Les conditions sur la voie normale sont idéales, le glacier s'est repoudré le nez, il est de toute beauté ! Le retour du beau temps prévu demain, devrait sécher rapidement sentier et parois rocheuses ! Bonne fête à tous !

Mercredi 13 juillet :

Hier, nous demeurions perplexes sur la météo de ce matin, ne sachant pas si nous serions encore touchés par la perturbation qui survient actuellement dans le nord des Alpes. Finalement, nous étions situés à la bonne limite, et, ce sont soleil et mer de nuages qui nous ont accueillis au réveil pour le plus grand bonheur des cordées et des chocards ! Les sommets et glaciers étaient légèrement saupoudrés de neige fraîche ( à partir de 3500m ), ravivant l'éclat des montagnes. La fraîcheur matinale saisissait les visages...le bonnet fut de rigueur !

Une cordée allemande a emprunté la voie normale de la Grande Ruine jusqu'au sommet avec certainement une sensation de légèreté à évoluer au-dessus de cet immensité vaporeuse ! Le groupe espoir du Club Alpin Français des Alpes-Maritimes encadré par le guide Stéphane Benoist, est ici pour deux jours. Ils sont allés escaladés ce matin l'arête sud de la Grande Ruine.

 Quant à nous, nous étions aussi heureux de nous trouver au-dessus de la mer de nuages, parfois si proche du refuge qu'on aurait eu envie de nous y jeter le temps de savourer quelques brasses ! Une matinée bien aquatique dans ce vaste océan de roches et de glaces !

 

Mardi 12 juillet :

Hier en fin de soirée, les averses nous ont enlacés de leurs bras humides et les éclairs ont illuminé les sommets situés près du refuge. A quelques jours de la fête nationale, en avant-première nous avons eu droit à un spectacle "son et lumière" durant toute la nuit. Au matin, éclaircies et fortes averses se sont alternées. La limite pluie/neige est descendue à 3500m. Notre cuve d'eau déborde...c'est une bonne nouvelle !

Malgré cette mauvaise météo, huit alpinistes devraient rejoindre le refuge dans la journée. Nous avons allumé le poêle pour offrir un peu plus de chaleur à tous ceux qui vont arriver bien trempés...un petit air d'automne avant le retour de l'été !

Hier, une cordée a traversé le col de la Casse Déserte pour rejoindre le refuge du Promontoire. Un itinéraire peu pratiqué à cette période mais qui actuellement est en bonnes conditions, seul un passage délicat en glace de quelques mètres sur le glacier de la Grande Ruine (vers 3250m) demande de l'attention !

Lundi 11 juillet :

La défaite française n'a pas semblé émouvoir les étoiles, cette nuit elles étaient très nombreuses à scintiller, en compagnie fidèle. A 3h, un père et sa fille se sont levés les admirer, voilà bien longtemps qu'ils n'en avaient pas vues autant ! Au loin, au-dessus de la plaine du Pô, les éclairs illuminaient les nuages.

La matinée a été assez ensoleillée. Les alpinistes ont pu réaliser leur course sereinement. Deux cordées se sont rendues au sommet de la Grande Ruine par la voie normale, et une cordée avec guide s'est aussi offerte le sommet mais en empruntant l'arête sud-est de la pointe Brevoort, une voie qu'ils ont très appréciée et le plat de ravioles en terrasse à achever cette course dans le bonheur !

Pour cet après-midi, c'est un changement d'ambiance assez radical. Vent, nuages, averses et orages sont au menu jusqu'à mercredi matin. Nous passerons la soirée seuls, et essaierons de récupérer du manque de sommeil accumulé depuis presque un petit mois maintenant que nous sommes au refuge !

Ici, des retours de courses : l'arête sud de la Grande Ruine et encore l'arête Sud et la traversée des arêtes de Roche Méane.

Dimanche 10 juillet :

Les cordées ont été nombreuses au réveil de 4h00. Trois jeunes alpinistes ont bivouaqué près du refuge. Malheureusement, les nuages faisaient partis du paysage aujourd'hui et le sommet de la Grande Ruine est donc resté la plupart du temps bouché. Le regel a été médiocre.

Il y avait du monde sur la voie normale de la Grande Ruine, ils étaient nombreux à chausser pour la première fois les crampons. Certains ne sont pas allés jusqu'au sommet, mais cela ne les pas empêché de revenir parfaitement satisfaits de leur première marche glaciaire.

Hormis la voie normale, une cordée avec guide s'est rendue sur l'arête sud de la Grande Ruine, et une cordée de trois alpinistes sur l'arête sud-est de la Grande Ruine. Les randonneurs ont rejoint la vallée après avoir respiré une bonne bouffée d'air pur par chez nous.

Nous accueillons une quinzaine de personnes ce soir...il est donc possible de trouver du monde dont la finale de football n'intéresse pas ! Pas de télévision ici, ce sera une soirée calme aux pieds des glaciers ! A l'heure de la victoire ou de la défaite nous dormirons... le résultat du match sera pour demain matin, certainement à 4h00 !

 

Samedi 9 juillet :

Temps estival sur l'Oisans sans l'ombre d'un tout petit nuage, une météo idéale pour nos grimpeurs de la journée. La nuit dernière a été dégagée et le regel a été bon. Une cordée a parcouru l'arête sud-est de la Grande Ruine ( très bonnes conditions ), une l'arête sud de Roche Méane ( tout bon ) ce fut la première répétition depuis le rééquipement de l'année dernière. Une cordée est en train de redescendre de la face est de la Tour Choisy et une autre de l'arête sud de la Grande Ruine. Actuellement, toutes les courses sont en bonnes conditions !

Deux frères ont pu apprécier le lever de soleil depuis le sommet de la Grande Ruine, ils ont rejoint leur famille au refuge du Pavé par le tour alpin de la Grande Ruine globalement en bonnes conditions. Pour finir de joyeux champsaurins se sont rendus au sommet de la Grande Ruine par la voie normale, on les remercie pour toutes les bonnes choses qui nous ont montées, grâce à eux on va pouvoir se régaler de fruits de saison !

Ce soir, ce sont 42 personnes qui passeront la nuit dans ce coin perdu des Ecrins...Sur la quarantaine de personnes présente seulement cinq sont randonneurs, il y aura donc du monde au réveil sous les étoiles à 4h, la majorité des cordées s'engageront sur la voie normale de la Grande Ruine.

Vendredi 8 juillet :

Petite déception pour les cordées ce matin au pied des voies. Le temps était moins beau qu'annoncé. Chacun s'est questionné de son côté pour savoir s'il s'engageait sur les arêtes. Finalement au cours de la matinée quelques éclaircies ont réchauffé le rocher et les mains des grimpeurs, il n'a pas plu et tout le monde est revenu à bon port sans souci. La cordée partie dans l'arête Sud de la Grande Ruine nous rapporte que les conditions y sont très bonnes. Le passage du col des Neiges et de la Casse Déserte se fait bien actuellement. Ils y ont apprécié la qualité du rocher et l'ambiance dégagée par cette escalade aérienne. En prime, ils ont eu le refuge et la voie pour eux seuls !

Manu et Aurélien se sont faits plaisir dans la traversée des arêtes de Roche Méane, une longue échappée entre cousins sur un rocher hétérogène, de très bon à très mauvais... c'est aussi ça le goût des voies très peu parcourues et le charme du caillou de l'Oisans !

Ce soir, nous accueillons uniquement un public d'alpinistes. Les projets des cordées pour demain sont divers : la voie normale de la Grande Ruine, l'arête sud de Roche Méane, la face est de la Tour Choisy, l'arête sud-est de la Grande Ruine, et le tour de la Grande Ruine.

Jeudi 7 juillet :

Nos alpinistes ont eu des conditions excellentes ce matin pour se rendre au sommet de la Grande Ruine. Au réveil (4h00), il y avait des étoiles dans les tasses de café, puis un lever de soleil de cinéma à accompagner l'ascension des cordées sur le glacier. Le regel a été très bon malgré la chaleur. Pendant ce temps là côté gardiens, l'héliportage s'est bien déroulé, les vivres sont arrivées à bon port et Aurélien est de retour au refuge.

Cet après-midi, un randonneur, à quelques dizaine de mètres sous le refuge, s'est malencontreusement blessé à la jambe sur un rocher. Une plaie assez profonde pour que cela nécessite des points de suture. Prévenus par sa femme, nous sommes allés réaliser les gestes de premier secours. Nous avons ensuite appelé le secours en montagne pour que le randonneur soit rapidement pris en charge sur l'hôpital de Briançon. Nous lui souhaitons un bon et rapide rétablissement ! Déçus de n'être pas arrivés jusqu'au refuge, ils repasseront certainement nous voir !

Demain, deux alpinistes feront la première (de la saison) de l'arête Sud de la Grande Ruine. Le gardien et son cousin iront découvrir l'escalade sauvage de la traversée des arêtes de Roche Méane.

Mercredi 6 juillet :

Hier soir après l'épisode pluvieux, les nuages se sont mélangés aux lumières du soir en une lente procession. Il n'y avait que la gardienne au refuge pour contempler ce vaporeux spectacle. Le gardien est toujours en vallée pour préparer l'héliportage. Il remontera certainement demain matin.

Ce matin, le plafond s'est repeint d'un bleu azur profond et la peinture devrait tenir encore plusieurs jours ! Il fait donc beau et chaud par ici. Neuf alpinistes passeront la nuit au refuge. Toutes les cordées se rendront au sommet de la Grande Ruine par la voie normale qui demeure actuellement en très bonnes conditions.

Mardi 5 juillet :

En ce milieu d'après-midi, il pleut. Une pause pluviale dans cette semaine ensoleillée. Le ciel arrose la montagne, comme le jardinier arrose ses plantes avant le retour de la chaleur.

Ce matin, les nuages étaient déjà bien sombres, ils n'attendaient que le bon moment pour se délester. Le gardien s'est empressé de prendre "son aile à son coup" pour rejoindre par les aires le parking avant l'arrivée du mauvais temps. Sa mission en vallée : faire les courses pour les quatre semaines à venir. Nos trois jeunes randonneurs ont été enchantés de leur belle et longue randonnée. Ils sont partis hier du hameau des Hyères (commune de la Grave), une belle trotte des pâquerettes jusqu'au glacier, et paraît-il : ils en ont pris plein les yeux ! La dernière partie en neige sous le refuge a été cependant harassante pour des jambes qui se sont déjà bien données toute la journée ! Ils sont partis ce matin alors que le temps était encore clément.

La marche, la randonnée, le temps d'une poignée de minutes, de quelques heures, d'une journée ou d'une itinérance de plusieurs jours...Il faut avouer qu'elles nous font du bien, nous poussent hors du temps, les soucis en veille et l'esprit en éveil !

"La marche : Y a-t-il activité plus décroissante que la marche ? Le marcheur revient à sa nature profonde ( la bipédie ), s'emplit de la beauté du monde, ne laisse que l'empreinte de ses pas, apprend que ce qu'il ressent vaut mieux que ce qu'il possède. La clé du bonheur ?", Sylvain Tesson, Géographie de l'instant. A bon marcheur, salut !

Lundi 4 juillet :

Du bleu, du bleu et au loin quelques voiles de blanc ! C'est le grand beau temps par ici. La cordée restée cette nuit au refuge, a rejoint la vallée ce matin. Étrangement avec ce grand beau, c'est le grand calme...On a le temps de vaquer à diverses occupations. La gardienne "cairne" le sentier et le gardien balade son aile pour prendre encore plus de hauteur. La liste de courses et les commandes pour l'héliportage de jeudi prochain sont faites.

La chaleur fait suer névés et glaciers, plus bas c'est la cavalcade des torrents. Sous ce soleil, notre hermine sautille lestement de rochers en rochers s'arrêtant de temps à autre pour nous dévisager. Elle est ici chez elle et anime les lieux. Elle y connaît chaque recoin et chaque caillou. Cette petite créature a bien du mérite à survivre à tout un hiver entre les vieilles pierres du refuge, sans poêle ni doudoune !

Nous attendons ce soir trois randonneurs, ils trouveront une ambiance pour le moins tranquille par ici !

Dimanche 3 juillet :

Hier, le temps n'a pas facilité la montée au refuge des randonneurs et alpinistes. Brouillard, averses et fraîcheur se sont invités en cours d'après-midi. Tout le monde est arrivé à bon port mais tout de même un peu humide ! Ce n'est non pas la bière qui a coulé à flots mais plutôt le chocolat chaud et autres boissons chaudes qui font du bien ! Merci à Nadjejda et Jean-Marc pour leur aide précieuse... et non, vous ne nous avez pas désorganisés !

A l'heure du dîner, hier soir, un jeune alpiniste est malheureusement rentré en crise de spasmophilie, entraînant une perte de connaissance. Plus impressionnant que grave, il a été pris en charge par un médecin qui se trouvait au refuge et a été évacué par hélicoptère sur l'hôpital de Briançon. Nous remercions le médecin présent et l'équipe du PGHM pour leur intervention, et souhaitons bien évidemment à Olivier un très bon rétablissement ! Nous espérons le revoir, lui et sa famille, pour une autre occasion en pleine forme !

Le soleil de ce dimanche a effacé d'une pichenette le temps maussade de la veille...

Une cordée avec guide s'est réveillée à 3h00 pour partir escalader le pilier ouest du pic Maître (en bonnes conditions), ils sont revenus ravis de cette grimpe sauvage et engagée, nichée en plein cœur de l'Oisans.

A 4h00, ce fut le réveil des cordées pour la voie normale de la Grande Ruine. La course est en très bonnes conditions, et en prime la nuit dernière le regel a été très bon !

Il y avait du monde au balcon pour le lever de soleil, la plupart des randonneurs n'ont pas loupé le rendez-vous avec ce bel astre !

Retour au calme, ce soir nous restons avec la cordée revenue du pilier ouest du pic Maître. On ne fera pas long feu, puisque on a tous quelques heures de sommeil à rattraper !

Samedi 2 juillet :

A 5H45, le soleil essayait de se frayer un chemin entre les nuages. Déjà, à cette heure-ci, les sommets étaient accrochés et le ciel ne présageait rien de bon. A 5h30-6h00, cinq alpinistes dont trois qui ont bivouaqué ( les aires de bivouac ne sont pas encore toutes déneigées !) près du refuge ont tenté le sommet de la Grande Ruine espérant une éclaircie...ils sont revenus après un petit tour sur le glacier, les nuages se sont en effet obstinés à envelopper les sommets ! Avec cette couverture nuageuse nocturne le regel a été inexistant.

Quelques rayons de soleil ont réussi à percer un ciel bien sombre dans la matinée,et nous commençons ce début d'après-midi sous une belle averse. Bien heureusement le beau temps devrait revenir dès demain matin...Une récompense pour tous ceux que nous attendons et qui risquent d'arriver bien mouillés au refuge !

Vendredi 1er juillet :

La matinée a été plus ensoleillée que l'après-midi. A croire que les cumulus se sont arrêtés au refuge pour le goûter...ici, ça sent encore bon les fournées de pain chaud. Le regel a été médiocre et le vent d'ouest souffle de temps à autre.

C'est le grand calme mais ce soir nous retrouvons un peu de compagnie. Nous attendons deux alpinistes venus pour la voie normale de la Grande Ruine, et la sœur du gardien et son ami viennent prendre un peu de hauteur. Ils seront certainement mis à contribution pour nous aider demain ! C'est toujours un peu risqué de rendre visite à des gardiens... on se retrouve toujours à la "pluche", au ménage ou à la vaisselle !

 

Jeudi 30 juin :

Au large, hier, vers la plaine du Pô, quelques coups de fouets incandescents ont déchiré la nuit. Ce matin, c'est tout près du refuge que l'air est devenu électrique. La limite pluie-neige s'est située au-dessus du refuge. Pas grand monde donc par ici sous ce temps colérique, et, ce sera pour nous une nouvelle soirée seuls...seuls, pas tout à fait puisque notre petite hermine du printemps dernier a réapparu, tout aussi curieuse et furtive qu'auparavant. Les beaux jours nous amènent d'ailleurs une nouvelle compagnie... Madame Marmotte qui par l'odeur alléchée de notre compost vient maintenant nous rendre visite ! Finalement on n'est pas si seuls, même très discrets ils sont nombreux dehors... et on se sent privilégiés de se savoir si bien entourés !

Le gardien s'est transformé en boulanger pour la journée, le refuge embaume l'odeur gourmande du pain qui cuit. Samedi prochain, nous serons complets, nous attendons 53 personnes. On a donc quelques bouches à nourrir et cela demande un peu de préparation !

 

Mercredi 29 juin :

Du bleu du ciel, du blanc des nuages et de l'onde du vent ont composé cette journée. 

Hier, un groupe de Marseillais pour le moins soudé a apporté le charme du Sud sur les terres des neiges éternelles. Ils continuent leur périple en vallée de la Guisane et ils  laissent certainement dans leur sillage quelques fragrances de thym et de romarin !

Ce matin, le regel a été superficiel ce qui n'a pas empêché un père et son fils ( 14 ans ) de s'offrir le sommet de la Grande Ruine, seuls, réunis là-haut pour un agréable moment de complicité ! Six autres alpinistes ont profité d'un temps encore clément pour improviser une école de glace au-dessus du refuge, avant leur ascension prochaine du Mont-Blanc. Une dégradation est annoncée pour demain, nous n'avons donc personne ce soir. Ce mauvais temps n'est que temporaire, le soleil sera largement présent le weekend prochain ! Il ne reste plus qu'à s'évader et profiter !

Mardi 28 juin :

Nous avons partagé une soirée conviviale hier avec deux alpinistes et leur guide. Au programme : papotage, séance de Yoga ( J-B y'a un créneau !! ), pasta party et jeu du "kinito".

Ils sont allés parcourir ce matin l'arête sud-est de la Grande Ruine, en bonnes conditions sur du rocher sec, avec en bonus un bon regel, un grand ciel bleu et la montagne pour eux seuls !

Ce soir, nous accueillons 16 personnes, huit randonneurs et huit alpinistes, le match est serré !

Un grand merci au PGHM, qui nous a livré par hélicoptère un nouveau câble pour notre radio de secours, ça c'est du service "colissimo express" !

Lundi 27 juin :

C'est un grand ciel bleu qui inonde l'Oisans, seuls des bancs de nuages dessinent quelques vagues en altitude, l'expression visuelle d'un vent bien présent de secteur nord-ouest en altitude. Le regel cette nuit a certainement dû être correct mais aucun alpiniste n'était présent pour en profiter. Nos randonneurs ont rejoint la vallée dans la lumière du matin.

L'activité principale du jour du gardien aura été de creuser des tranchées dans la neige afin de faciliter l'arrivée au refuge ! La pelle à neige à chauffer et les bras aussi !

Le weekend dernier nous recevions un champion de France de judo, ravis de cette rencontre puisque nous avons pratiqué nous-mêmes assidument cette discipline (autant la gardienne que le gardien) durant notre enfance. A travers ce journal, nous aimerions le remercier de ses quelques lignes laissées dans notre livre d'or qui nous ont touchées, et lui souhaiter bon courage pour les championnats du monde à venir ! Que la marche vers le podium soit plus aisée que celle pour arriver à Adèle !

Il semble quasi évident que la pratique du sport et le côtoiement de la nature permettent d'enrichir et d'élever à la fois le physique et le psychique. La clé d'un réel bien-être et plus qu'un bien-être, une belle école de vie. En montagne, peut-être plus qu'ailleurs le goût de l'effort s'aiguise dans des conditions et dans un milieu parfois peu accueillants. Par là, nous aimerions ainsi saluer tous les randonneurs peu habitués aux longues marches en montagne qui donnent réellement le meilleur d'eux-mêmes pour atteindre le refuge ! Voilà quatre ans que nous y sommes gardiens et nous sommes bien conscients que certaines personnes se dépassent littéralement...quelle satisfaction une fois le but atteint...peut-être est-il bon de temps à autre d'aller chercher à se surpasser et de croire en ses capacités ! En tous cas, nous, cette satisfaction qui rayonne sur les visages, forcément cela nous touche et cela nous rend simplement heureux !

Dimanche 26 juin :

Les étoiles ont brillé bien haut dans le ciel la nuit dernière et la lune tamisait la mer de nuages de sa blanche lumière . A 3H40, tout était parfaitement paisible, la tête encore embrumée, il fallait ouvrir grand les yeux pour ne pas croire que l'on rêvait encore !

Le premier réveil s'est fait à 4H00 pour trois jeunes alpinistes dont l'objectif était la traversée Tour Choisy - Pic Bourcet, une course longue et exigeante. A 4H30, le reste des cordées s'est levé, la plupart pour la voie normale de la Grande Ruine, et pour certains le Pic Maître. Le regel a été correct. Ouf ! Voilà des jours que nous l'attendions !

A 5H30, quelques randonneurs ont quitté la chaleur de leur couette pour contempler le lever de soleil. Simplement heureux de ce spectacle dont il est impossible de se lasser... Une belle récompense après une montée physique jusqu'au refuge !

Le vent de secteur sud-ouest nous a bien rafraîchit l’atmosphère, aujourd'hui nous n'avons pas fait long feu sur la terrasse !

Ce soir, nous accueillons 9 randonneurs, souvent bien fatigués de leur montée mais très contents d'y être arrivés...Il paraît que depuis le refuge le cadre vaut le détour ( et surtout l'effort ) !

 

Samedi 25 juin :

Nous avons eu un ciel parfaitement dégagé pour le lever de soleil. Nos randonneurs depuis leur dortoir ont pu contempler à 3H30, le spectacle d'orages qui éclataient au-dessus de la plaine du Pô. Spectacle fascinant d'un horizon déchiré par la foudre, d'autant plus quand on se trouve chaudement emmitouflés sous la couette ! En l'espace de quelques heures en cours de matinée, l'instabilité attendue a fait des siennes, lâchant avec brutalité à notre altitude une averse de grêle et des fortes rafales de vent. Les éclaircies ont finalement vite repris le dessus. Dans la bataille nous avons perdu quelques degrés et gagné pas mal de nuages. En bref, on ressort notre petite laine !

Une vingtaine de personnes passera la nuit au refuge. L'objectif du lendemain est pour l'essentiel  des cordées, la voie normale de la Grande Ruine. Trois jeunes alpinistes parcourront la traversée Tour Choisy - Pic Bourcet. On espère que demain le beau temps soit de la partie !

 

Vendredi 24 juin :

Ce fut dès le matin la grosse chaleur. Nous avons pu savourer un horizon de lignes de crêtes, au miel et à la confiture, au soleil : pas mal pour un petit-déjeuner ! Encore une fois le regel a été médiocre, nous ne comptions que trois randonneurs hier, cependant une alpiniste italienne a tenu à se rendre au sommet de la Grande Ruine ce matin. Une démarche solitaire que nous déconseillons, mais c'est ainsi nous ne sommes pas là pour interdire quoi que ce soit, chacun en montagne ou ailleurs agit sous sa propre responsabilité.

Cet après-midi la brise qui s'est levée rafraîchit le fond de l'air, ce qui devrait aider les randonneurs qui montent au refuge à moins "souffrir" de la chaleur. Demain, nous attendons 25 personnes, un peu de randonneurs et pas mal d'alpinistes qui pour l'essentiel s'élanceront sur la voie normale de la Grande Ruine.

 

Jeudi 23 juin :

L'été n'a pas oublié de nous amener dans sa valise de la chaleur et un soleil radieux, tant mieux ! Il faisait 4°C à 4h, et nous supportons de n'être qu'en T.shirt sur la terrasse en journée, c'est royal ! Le manteau neigeux fond à vue d’œil. Pour la montée au refuge, quelques névés résiduels persistent mais plus pour longtemps. Les 500 derniers mètres sous le refuge se font encore dans la neige mais la trace est bonne.

Les conditions sur la voie normale de la Grande Ruine sont excellentes, le glacier est totalement bouché, il ne manque plus qu'un bon regel ! Depuis notre ouverture, plusieurs cordées l'ont parcourue sans difficulté. En ce qui concerne les courses rocheuses, le rocher semble sec, mais certaines vires sont encore chargées de neige, si la chaleur se maintient le tout devrait sécher assez rapidement.

La gardienne dont l'angine est enfin passée, a réintégré ses quartiers d'été. Dans les vallées, on sent que cela s'anime un peu plus qu'à l'habitude. Avec ce printemps arrosé, les prairies s'illuminent de mille et une fleurs, les sommets rutilent d'une neige abondante. La montagne est très belle (comme toujours !) et elle vous attend !

 

Dimanche 19 juin :

C'est un printemps déguisé en hiver par ici, il a enfilé son costume blanc et semble heureux de le porter ! Dans quelques jours ce sera l'été... que nous aimerions voir dans son plus joli costume ensoleillé ! En attendant les vrais beaux jours, il est tombé près de 20 cm de neige fraîche cette nuit et le froid fut pénétrant. Nos randonneurs ont profité d'une timide éclaircie pour rejoindre la vallée. Toute la journée le brouillard  nous a tenu compagnie et encore une fois, ce temps maussade n'a pas entravé la motivation de deux randonneurs. C'est un début de saison bien calme mais vu la météo capricieuse cela ne nous surprend pas ! Un peu d'optimisme : dès demain nous devrions apercevoir la falaise d'en face alors tout va bien !

Samedi 18 juin :

Départ de Briançon sous un ciel bien bouché ce matin, voilà qui nous mettra le doute sur le bon déroulement de notre héliportage. Finalement, les brumes se disloquent et le ciel de la Haute-Romanche nous offre de belles éclaircies. Une bonne visibilité permet à l'hélicoptère d'acheminer les charges vers chaque refuge sans encombre. Voilà une bonne chose de faite !

Les averses de neige ont rapidement suivi les éclaircies, ce qui n'a pas entaché la motivation de deux randonneurs qui dormiront au refuge ce soir. Ils partageront la soirée avec Aurélien puisque la gardienne essaye de se remettre au chaud d'une bonne angine !

Ce matin le regel a été très bon, c'est bien dommage il n'y avait aucun alpiniste pour en profiter ! La voie normale de la Grande Ruine et les faces Nord sont en excellentes condition ( avec bon regel ). Les sommets immaculés sont splendides, un peu plus de stabilité météo pour pouvoir en jouir ne serait pas de refus !

Dimanche 5 juin :

Une météo incertaine relevée hier soir, à l'heure du dîner, a laissé tout le monde perplexe. Bien heureusement à 4h00, le ciel s'est dégagé, les alpinistes ont alors pu être réveillés. On s'équipe et on se remémore les encordements en ce tout début de saison.

Le regel a été inexistant, les cordées ont été contraintes de brasser dans la neige mais aussi dans le brouillard pour atteindre le sommet de la Grande Ruine. Par chance une éclaircie les attendait en haut : une belle récompense après tant d'efforts ! Malheureusement suite à une glissade durant la descente, un alpiniste s'est blessé à la cheville, il a été pris en charge par les secours en montagne. Nous lui souhaitons un bon et rapide rétablissement !

Nous voilà de nouveau en vallée, nous ouvrons sur réservation uniquement, le weekend prochain. Nous demeurerons en continu au refuge à partir du 17 juin ! 

Samedi 4 juin :

Retrouvailles avec notre cabane singulière perdue au milieu des cathédrales rocheuses. Tout a été laissé en très bon état pendant notre pause "verte", merci aux passagers qui ont respecté les lieux durant notre absence.

Nous sommes montés hier après-midi et nous descendrons demain matin. En montant nous avons pu contempler le spectacle toujours aussi amusant de jeunes chamois cabriolant sur les névés sous le regard complice de leur mère.

La neige apparaît de manière continue et conséquente à partir de 2500m. Le secteur des câbles n'est pas enneigé cependant quelques névés sont présents sur le sentier après la moraine, parfois un peu exposés selon la qualité de la neige. La trace est faite et bonne, une vingtaine de personnes l'a empruntée aujourd'hui. Demain matin, ce sera au tour de la voie normale de la Grande Ruine d'être tracée. L'enneigement sur le glacier est plus important qu'à la mi mai. Avec un bon regel nocturne les conditions pour les courses glaciaires sont excellentes. La journée a été rythmée par le flux et le reflux des nuages. En cette fin de journée, il neige très légèrement. Pas un orage ne s'entend ni ne se voit à l'horizon pour le moment. L'ambiance au refuge est bon enfant, la guitare est heureuse de se faire gratter le ventre à nouveau, ça chante et puis c'est l'heure de l'apéro toujours évidemment mérité par ici !

Benjamin Vedrines un ami guide a réussi l'ouverture d'un itinéraire de ski de pentes raides sur la pente nord-ouest de Roche Hippolyte, une belle prouesse bien engagée !

Mercredi 18 mai :

Un passage éclair hier au refuge pour accompagner une entreprise. Le refuge a été laissé dans un état impeccable par les personnes ayant passé le week-end là-haut. Merci. La grande Ruine à été tracée. Pour les skieurs de fin de saison, le portage commence à être un peu long (vers Val Fourche), mais au-dessus de 2600m la neige de printemps semble bien agréable à skier.

Pour les amateurs de glaciers en excellentes conditions, le refuge sera gardé les week-end du 4/5 et 11/12 juin, puis en permanence à partir du 16 juin.

A bientôt.

 

Pour plus d'informations ou réservation 04.76.79.92.14

 

Retrouvez toute l'actualité sur la page Facebook du refuge.


Le refuge Adèle Planchard appartient à la STD

"Aujourd'hui, la STD poursuit dignement l'œuvre de ses prédécesseurs

Club de montagne de 250 adhérents qui organise des sorties collectives en Alpinisme, Escalade, Ski de randonnée et Randonnée pédestre, elle forme des cadres et initie les débutants aux différentes pratiques alpines.
Son activité refuge est toujours aussi importante, elle possède et gère 5 refuges dans les différents Massifs du Dauphiné : Le Soreiller, la Selle, A.Planchard , J.Collet, la Fare."