Mercredi 18 mai :

Un passage éclair hier au refuge pour accompagner une entreprise. Le refuge a été laissé dans un état impeccable par les personnes ayant passé le week-end là-haut. Merci. La grande Ruine à été tracée. Pour les skieurs de fin de saison, le portage commence à être un peu long (vers Val Fourche), mais au-dessus de 2600m la neige de printemps semble bien agréable à skier.

Pour les amateurs de glaciers en excellentes conditions, le refuge sera gardé les week-end du 4/5 et 11/12 juin, puis en permanence à partir du 16 juin.

A bientôt.

Dimanche 8 mai :

Nous pensions nous réveiller la tête dans les nuages pour notre dernière journée de ce printemps 2016 mais heureusement le plafond nuageux est resté assez haut. Toutes nos cordées ont pu atteindre, comme elles l'espéraient, leur objectif. Pour la plupart d'entre-elles, celui-ci fut de gagner le sommet de la Grande Ruine puis de boucler la boucle au village de la Bérarde ou de retrouver la vallée à Villar d'Arêne. Quatre skieurs ont terminé leur raid alpin avec pour cerise sur le gâteau : l'ascension de la brèche de la Somme ( versant nord ). Cette dernière est en bonnes conditions. Il est apparemment préférable de monter la brèche que de la descendre ( des traces de descente étaient présentes ).

La saison du ski de randonnée s'achève pour nous au refuge. Nous sommes ravis de la terminer sous une météo radieuse ! Nous l'avons attendue patiemment et elle est finalement arrivée !

Merci à tous ceux qui ont monté leur sourire ensoleillé quand dehors la tempête soufflait ! Nous descendons de quelques étages, pour colorer notre vie d'une note de vert et goûter à l'ivresse florale. Nous serons de retour au refuge début juin pour la saison d'alpinisme et de randonnée pédestre ! A bientôt et bon printemps à tous !

Samedi 7 mai :

Une ambiance paisible règne par ici pour notre avant-dernière journée de ce printemps 2016. Les nuages ont divagué tout au long de la journée sur les sommets environnants. De notre côté la Grande Ruine est restée dégagée, ce qui a permis à de nombreuses cordées de se rendre à son sommet et de profiter d'une pause ensoleillée au-dessus de l'horizon alpin !

Une cordée partie de la Bérarde s'est offerte le raid suivant : Bérarde-refuge de Temple Ecrins-brèche Lory-refuge des Ecrins-couloir nord du col de Roche Faurio-refuge Adèle Planchard ce soir et retour à la Bérarde demain matin. Le couloir nord du col de Roche Faurio est en bonnes conditions, en neige poudreuse tassée.

Plusieurs cordées qui ont dormi au refuge de l'Aigle hier soir, dormiront ce soir au refuge. Ils termineront pour la plupart leur tour de la Meije en regagnant la village de la Bérarde. Pour notre dernière soirée nous accueillons 27 skieurs. Nous espérons que la météo de ce dimanche 8 mai reste clémente au moins en matinée, en effet un courant perturbé est annoncé pour les jours à venir. Nous redescendons en vallée avant la reprise du "gros" vent du sud, bien heureux de ne plus l'entendre gémir pendant quelques temps mais tout de même mélancoliques à l'idée de quitter ce petit coin merveilleux !

Moment solennel des prévisions météo !
Moment solennel des prévisions météo !

Vendredi 6 mai :

Une journée sous le soleil exactement ! Le vent de secteur sud-est a tout de même décidé de faire aussi le pont par chez nous, en matinée le fond de l'air est resté bien frais empêchant la neige de "décailler" correctement. Il semble s'être légèrement calmé au vu des skieurs qui profitent maintenant du panorama depuis la terrasse !

Hier, nous comptions une cinquantaine de skieurs lesquels pour la plupart se sont rendus au sommet de la Grande Ruine pour poursuivre ensuite vers le refuge du Châtelleret ou du Promontoire, ou redescendre tout simplement en vallée.

Deux cordées sont parties du refuge du Châtelleret pour remonter le glacier de la Grande Ruine ( neige dure ), elles dormiront chez nous ce soir. Au total, nous accueillons aujourd'hui près d'une quarantaine d'alpinistes dans notre cabane perchée.

Le couloir Nord du col de Roche Faurio a été skié par de nombreuses cordées. Les conditions sont printanières, les chocards enroulent les thermiques en lançant des cris de joie bien haut dans le ciel, l'hermine a mué et exhibe dorénavant son pelage d'été ! Voilà qui sent pour nous très bientôt la fin de la saison de printemps...Ce n'est pas pour tout de suite mais pour dimanche prochain, en attendant on a du pain sur la planche alors on retourne au boulot !

Jeudi 5 mai :

Un beau temps de premier choix ici dans nos montagnes, sans l'ombre d'un tout petit nuage ni un souffle de vent au grand malheur de ce qui montent en cette fin d'après-midi !

Les réveils ont été matinaux ( 5h ) pour les alpinistes qui ont poursuivi le tour de la Meije en traversant par le col de la Casse Déserte.

Une cordée s'est élancée sur le tour de la Grande Ruine, et une autre a rejoint le Pré de Mme Carle en remontant le col de Roche Faurio.

Le regel a été bon à notre altitude. Nous ressentons pour la première fois une véritable sensation de chaleur. Les transats égayent la terrasse, nous affichons quasiment complet ce soir avec 51 skieurs au rendez-vous de la neige de printemps !

Toujours un plaisir de retrouver les amies par ici !
Toujours un plaisir de retrouver les amies par ici !

Mercredi 4 mai :

Ça chauffe sur le grand blanc ! Après une matinée rafraîchie par un vent de secteur nord-est, la température a rapidement augmenté dès que ce dernier s'en fut souffler ailleurs ! Nous pouvons désormais arrêter de faire fondre la neige sur le poêle pour obtenir de l'eau, elle fond naturellement, il ne nous reste qu'à mettre une gamelle sous la gouttière et attendre qu'elle se remplisse !

De nombreuses cordées ont traversé par le col de la Casse Déserte pour rejoindre le refuge du Promontoire, certains avec un détour au sommet de la Pointe Brevoort. Une cordée partie du refuge du Glacier Blanc, a descendu le glacier des Agneaux via le col Emile Pic ( neige croûtée sur la partie haute du glacier et moquette sur le reste de la descente ), et une autre partie de notre refuge l'a remonté, ils dormiront ce soir au refuge des Ecrins. Un guide et son client, partis du refuge de l'Alpe, nous ont rejoint via la brèche des Chérubins. Ils ont globalement bien brassé, une longueur en mixte s'impose. Demain, ils s'élanceront sur le tour de la Grande Ruine.

Une cordée partie du refuge du Châtelleret, a parcouru le glacier de la Grande Ruine dans le sens de la montée pour dormir à Adèle ce soir.

Hier soir, au dîner à la même table mangeaient une cordée allemande, une italienne et une argentine ! Un joli "melting-pot" qui aurait pu faire un tournoi de football assez intéressant ! Dommage, ici c'est trop pentu, malheur à celui qui perd la balle !

Demain, bison futé annonce une journée noire sur l'itinéraire de montée au refuge ! Nous attendons la venue d'une cinquantaine de skieurs sous le soleil haut-alpin !

 

Mardi 3 mai :

Tout se porte bien dans le cœur des Ecrins ! Les nuits étoilées contribuent au bon regel du manteau neigeux. Le soleil nous a baigné de sa chaleur ( relative ici ! ) une bonne partie de la journée. En cette fin d'après-midi, la valse de légers nuages nous berce et quelques flocons voltigent au gré des courants d'air.

Notre cordée féminine a traversé sans problème du côté du vallon des Etançons pour rejoindre le refuge du Promontoire. Huit personnes partis ce matin du refuge du Châtelleret ont remonté le glacier de la Grande Ruine, ces cordées dormiront au refuge ce soir. Quatre alpinistes partis du refuge de l'Alpe ont fait la trace jusqu'au sommet de la Grande Ruine. Au total, une vingtaine de skieurs passera la nuit à Adèle. Pour jeudi prochain, nous comptons déjà une cinquantaine de réservations. Pour sûr, nous ne chômerons pas ce jour là !

 

Lundi 2 mai :

C'est tout en générosité que le soleil a brillé aujourd'hui. Enfin un petit peu de printemps en haute-montagne ! Le fond de l'air est resté tout de même frais, la faute au vent de nord-est qui n'a pas fait son timide ! La neige a complètement transformé en-dessous de 2500m et au-dessus de cette altitude c'est en cours ! Les purges ont été importantes en journée. Il est donc préférable de se lever bien tôt dorénavant pour éviter les purges et éviter de cuire sur place dans la montée ( n'oubliez pas votre casquette et une gourde bien remplie ! ) ! Avec cette "douceur" nous devrions rapidement profiter de conditions printanières pour le ski de randonnée. Voilà depuis le 24 mars que l'on attendait ça ! On termine notre dernière semaine en beauté, pour le moment dans le calme, mais bientôt les cordées fleuriront en montagne pour ce pont de l'Ascension.

Ce soir, une cordée exclusivement féminine est présente, elle est constituée de quatre allemandes dont une guide de haute-montagne, voilà qui nous fait bien plaisir ! Elles se rendront demain au refuge du Promontoire pour poursuivre leur Tour de la Meije. Aujourd'hui, cinq skieurs venus du refuge de l'Alpe ont traversé vers le vallon des Etançons par le col de la Casse Déserte ( en bonnes conditions ).

Pour info, vous pouvez garer votre voiture au parking d'été, cela vous évite 20 min de marche en plus, ce qui n'est pas négligeable !

Dimanche 1er mai :

Les brins de muguet se cachent sous une épaisse couche de neige ! La cueillette ne se fera pas sans la pelle à neige ! Depuis hier après-midi il a neigé sans discontinuité, ici la neige a été accompagnée de vent assez fort ( et il neige encore, et il vente encore ), il nous est donc difficile d'estimer depuis le refuge le cumul de fraîche. Ce qui est sûr c'est que nous n'en manquons pas ! Les quatre skieurs présents hier soir, redescendront aujourd'hui dans une belle poudreuse avec l'inconvénient d'un jour bien blanc si les éclaircies se font trop attendre. 

Il y a deux jours nous nous sommes rendus au sommet de la Grande Ruine, nous y avons monté et brandi un drapeau " Non aux lignes Très Haute Tension" en soutien à tous les haut-alpins qui luttent, et qui se rassembleront ce dimanche 1er mai, à 11h, à l'Argentière-La-Bessée, contre le projet RTE de construction d'une ligne Très Haute Tension en vallée de la Durance. Projet bien évidemment pécuniaire pour le bénéfice d'une poignée de personnes dont l'objectif essentiel est de revendre l'énergie à nos amis frontaliers italiens. Ces gigantesques pylônes représentent un danger pour la santé de tous ceux qui viendront habiter de force à proximité, un danger pour une biodiversité déjà fragile et bien sûr un non sens complet pour l'économie locale de notre belle région des Hautes-Alpes qui repose pleinement sur le tourisme ! Se taire est certainement le premier pas " au laisser faire" ...Nous ne voulons pas nous taire et nous ne voulons pas laisser faire !

A 19h : nous cumulons par ici 40 à 50 cm de neige fraîche !

Samedi 30 avril :

Retour du vent ( du sud ), des nuages et de la neige ( quelques cm à 18h ). Un petit refrain que l'on connaît sur le bout des doigts ! Le soleil a quand même chanté ce matin et nos alpinistes ont pu soit traverser vers le vallon des Etançons, soit se rendre au sommet de la Grande Ruine, soit effectuer le Tour de la Grande Ruine en bonnes conditions avec tout de même un petit bémol : une neige croûtée en versant Nord !

Ce soir quatre alpinistes sont présents. Leur objectif : s'acclimater au mieux pour une future ascension du Mont Blanc et s'offrir pourquoi pas une petite Grande Ruine demain si un créneau météo le permet !

Pour occuper ces journées de mauvais temps, voici une très belle galerie photo du Tour de la Meije qui vaut le détour, réalisée par l'ami et photographe Nicolas Fragiacomo. A consommer sans modération !

Vendredi 29 avril :

Un soleil bien haut dans le ciel nous a comblé la majeure partie de la journée. Le vent de secteur sud-ouest, que nous ressentons sensiblement au refuge, contribue à maintenir une fraîcheur constante de l'air et empêche encore la neige de transformer ou de "décailler" correctement.

Une dizaine de skieurs s'est rendue au sommet de la Grande Ruine ou à la brèche Giraud-Lézin avant de traverser vers le vallon des Etançons. Nous avons profité de ce créneau de beau temps pour nous rendre aussi au sommet, en décaler par rapport à toutes les autres cordées, vaisselle, ménage et cuisine nous obligeant à partir plus tard ! Le couloir de neige menant au sommet de la Pointe Brevoort est actuellement en très bonnes conditions. Le panorama fut comme espéré : MontBlanc, Cervin, Viso, Meije, Barre des Ecrins, Bans, Sirac, Vercors, et on en passe, tous les grands sommets alpins étaient au rendez-vous...

Ce soir plus d'une vingtaine d'alpinistes sont présents, certains pour la voie normale de la Grande Ruine uniquement, d'autres pour le tour de la Meije en espérant que ces derniers puissent basculer en face Nord de la Meije dimanche prochain. En effet, une perturbation devrait pointer le bout de son nez à partir de demain !

Jeudi 28 avril :

Des journées aussi belles qu'aujourd'hui on en aurait souhaitées bien plus cette saison ! La météo nous avait annoncé un ciel voilé...effectivement quelques voiles sont passés furtivement au-dessus de notre tête dans la matinée, puis ce fut un ciel haut-alpin dans toute sa splendeur ! Du beau temps mais encore beaucoup de fraîcheur, ici en haute-montagne...On essaye de faire sécher le linge dehors sans trop de réussite, même au soleil il gèle !

Nos cordées d'hier soir se sont rendues au sommet de la Grande Ruine. Nous avons fait une petite sortie à la Brèche Giraud-Lézin. Par manque de temps nous ne sommes pas allés au sommet... On se le réserve pour demain si tout va bien ! Tout est en bonnes conditions sur la voie normale de la Pointe Brevoort !

Une personne a traversé vers les Etançons par le col de la Casse Déserte pour dormir ce soir au refuge du Promontoire.

Un jeune couple d'alpinistes anglais a gravi le couloir Nord du col du Diable, après avoir passé une nuit certainement très fraîche au refuge du Pavé ( non gardé au printemps ! ). Un couloir d'une belle ampleur, très rarement pratiqué ces dernières années et en bonnes conditions actuellement, en neige dure tout du long, seule une longueur en glace pimente l'affaire !

Demain la journée s'annonce encore belle, le manteau neigeux prendra peut-être enfin un caractère printanier !

 

Mercredi 27 avril :

Au petit matin, nous avions - 10°C. Les nuages flânaient en fond de vallée, et certains s'obstinaient à s'agripper sur les plus hauts sommets. Le vent de secteur Ouest Nord-Ouest encore marqué a balayé ces derniers sur son passage. Nous avons passé l'après-midi sous le soleil sans l'ombre d'un nuage mais dans une fraîcheur piquante.

Notre groupe de skieurs allemands a rejoint le refuge du Châtelleret via le col de la Casse Déserte. Les deux secouristes jurassiens les ont suivi de près après un détour au sommet de la Grande Ruine. Le glacier des Agneaux (via le col Emile Pic) a été tracé à la montée par trois jeunes skieurs et a été descendu par un groupe de huit skieurs présent au refuge ce soir.

Deux secouristes en montagne du Cantal ont parcouru le couloir Nord du col de la Bête, globalement en bonnes conditions avec tout de même la présence d'une plaque sur la partie finale. Les ardeurs des skieurs-alpinistes se réveillent sous l'éclat de cette belle fenêtre météo actuelle ! Malheureusement une dégradation devrait venir nous ennuyer le week-end prochain.

Demain toutes nos cordées présentes ce soir s'offriront le sommet de la Pointe Brevoort, seul un skieur solitaire traversera vers le vallon des Etançons.

Mardi 26 avril :

On reste bien couverts de notre petite laine par ici ! A 6H00, il faisait - 10°C de quoi ne pas trop s'attarder dehors sans bouger !

Nos cordées d'hier soir se sont rendues ce matin dans le vallon des Etançons par le col de la Casse Déserte, ils dormiront cette nuit au refuge du Promontoire. Avant de traverser, une cordée aura fait le détour au sommet de la Grande Ruine. Un groupe de six skieurs allemands, partis du refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne, ont eux-aussi profité du soleil matinal pour monter à la Pointe Brevoort. Ils dormiront chez nous ce soir tout comme cinq secouristes en montagne. Secouristes venus du Jura et de Luchon, ils ont remonté le glacier de la Grande Ruine depuis le refuge du Châtelleret. Les deux secouristes jurassiens partis ce matin du refuge du Promontoire ont voulu emprunter le glacier des Etançons jusqu'au col du Pavé. Ils y feront demi-tour à mi-chemin, jugeant le glacier chargé et plaqué pour le moment. Finalement, ils choisiront la montée classique par le glacier de la Grande Ruine et la traversée du col de la Casse Déserte.

En cette fin d'après-midi, les nuages se déchargent de quelques flocons. En haute-montagne il règne encore une ambiance bien hivernale pour cette fin avril. A l'intérieur du refuge les différentes cordées sirotent un apéritif mérité. Le parfum chaud du pain tout juste sorti du four embaume la salle, et l'odeur de la cannelle se diffuse jusque dans les dortoirs : le crumble aux pommes est bientôt cuit à point !

Lundi 25 avril :

Il y a des matins qui vous figent ! Le thermomètre indiquait un bon - 14°C à 6H30. Le vent du Nord s'est invité et tout ceux qui se sont rendus aujourd'hui au sommet de la Pointe Brevoort s'en souviendront avec un petit frisson dans le dos ! Au refuge, nous en sommes abrités et seules quelques petites rafales sont venues nous rafraîchir. La journée fut globalement bien ensoleillée. La voie normale de la Grande Ruine a été fréquentée par de nombreuses cordées qui ont ensuite traversé vers le vallon des Etançons via le col de la Casse Déserte. Le couloir Nord de Roche Faurio a été tracé hier. En versant Sud, la neige est en voie de transformation. Le vent du Nord et le fond de l'air frais empêchent le manteau neigeux de réellement chauffer.

Ce soir, nous sommes en compagnie de cinq alpinistes. Ils traverseront demain par le col de la Casse Déserte pour rejoindre le refuge du Châtelleret et le refuge du Promontoire. La télévision allemande s'en est allée pour perdre un peu d'altitude et filmer maintenant nos belles falaises briançonnaises ! Nous les remercions de leur bonne humeur et d'avoir séjourné dans notre écrin perdu ! Encore quelques jours par chez nous et quelques autres chansons allemandes et autrichiennes et nous commencions à parler allemand !

Dimanche 24 avril :

Nous voguons sur l'immensité de la mer de nuages. Parfois totalement enveloppés par ces vagues brumeuses, parfois la tête au-dessus où l'on se dépêche de respirer à plein poumon un paysage tout de blanc immaculé avant l'arrivée d'une nouvelle vague !

Nous cumulons au lever du jour 35 cm de neige fraîche, c'est une neige que l'on pourrait qualifiée comme "mate". Le fond de l'air est froid mais la présence du brouillard et du soleil provoque un "effet de serre" qui finalement chauffe efficacement. Les falaises se purgent, la montagne gronde au soleil.

Hier, les journalistes de la télévision allemande ont entendu en montant aux alentours de 2500 et 2800 m des "woofs" caractéristiques. Aujourd'hui, nos premières cordées arrivées de la vallée, n'ont rien réentendu de tel. Mystère...

Hier, nous avons partagé une soirée conviviale avec les journalistes. Ces derniers auraient dû traverser ce matin pour rejoindre le refuge du Promontoire mais ils ont revu leur plan initial. Le vent fort du Nord et les températures glaciales prévus pour demain les ont dissuadés à traverser en face Nord de la Meije dans de telles conditions. Ils se sont finalement rendus au sommet de la Grande Ruine et dormiront de nouveau au refuge ce soir, pour traverser peut-être demain sur le vallon des Etançons.

Au total, nous devrions accueillir 17 alpinistes ce soir venus se rafraîchir les idées sur le Tour de la Meije !

Samedi 23 avril :

Nous flottons dans une épaisse brume. Depuis hier, nous avons dû cumuler une quinzaine de cm de neige fraîche, et il neige encore ( sans vent ! ). C'est le grand silence. Dans ce grand blanc opaque c'est la perte assurée de tout repère ! Le temps et l'espace se dilatent, cela donne le vertige. Nous attendons une douzaine d'alpinistes, avec la visibilité actuelle nous les verrons lorsqu'ils se trouveront à quelques mètres du refuge ! Si demain, le soleil veut bien nous honorer de sa présence, ce sera certainement une belle journée de ski. Nous y serons, tout comme des journalistes allemands venus dans notre Oisans sauvage filmer quelques belles scènes et paysages du Tour de la Meije. On leur souhaite le retour du soleil car pour le moment les images ne doivent pas aller plus loin que le bout de leurs skis !

A 18H : Nous avons relevé une trentaine de cm de neige et il neige encore. Les prévisions météo annoncent un net refroidissement  à partir de cette nuit ! L'isotherme 0 degré devrait fléchir vers 800m lundi prochain, avec un vent du Nord glacial en altitude, -30°C de température "ressentie" vers 3000m. Alors un conseil sortez votre grosse laine, la doudoune, le bonnet et tout ce que vous pouvez ça va cailler !!

 

Vendredi 22 avril :

Une journée la tête dans les nuages ici en haute-montagne. Hormis quelques trouées matinales qui ont permis au soleil d'étirer ses rayons, la visibilité fut assez réduite. Deux skieurs ont tout de même traversé le col de la Casse Déserte dans le brouillard pour rejoindre la Bérarde et achever ainsi leur Tour de la Meije. Trois autres skieurs, dont le projet initial était de rejoindre le refuge du Promontoire, sont descendus à contre coeur en vallée après avoir espéré une fenêtre météo. Les nuages ont établi leur camp de base sur les sommets aujourd'hui. Une occasion de revenir et de retenter le Tour de la Meije ou de la Grande Ruine sous le soleil !

En cette fin d'après-midi, il neige ! Cela fait 13 jours que nous avons oublié la solitude. Ce soir, nous retrouvons le calme, seuls au cœur de nos montagnes.

 

Jeudi 21 avril :

A 5h, le ciel au-dessus de la Grande Ruine était encore illuminé d'étoiles. Au cours de la matinée, les nuages nous ont repeint le plafond en gris. La visibilité est restée malgré tout bonne toute la journée. A l'aube, un guide et ses deux clients sont descendus pour rejoindre le refuge des Ecrins via le col d'Arsine - la brèche de la Plate des Agneaux et enfin le col Emile Pic. Quelques skieurs se sont rendus au sommet de la Pointe Brevoort. Notre cordée allemande après un séjour de deux jours dans notre quartier d'altitude est descendue au refuge de l'Alpe. Quatre CRS du secours en montagne des Pyrénées Orientales ont fait une pause "tranches de bavardage et tranches de saucisson" au refuge à l'heure du petit déjeuner, avant de reprendre leur traversée vers le vallon des Etançons via le col de la Casse Déserte. Ils terminent satisfaits leur tour de la Meije qu'ils ont pu parcourir tout du long sous le soleil, une chance !

Hier soir, une tablée franco-germano-australienne réunissait une dizaine d'alpinistes. Ce fut une belle entente internationale, en toute simplicité. La formule petit verre de vin blanc et lasagnes végétariennes met tout le monde d'accord. La diplomatie débute par un bon repas ! Des papilles réjouies inspirent, un des skieurs allemand nous confiera : " je suis végétarien quand je bois du bon vin rouge" !

Comme dirait le guide australien : "ici, c'est bad weather forever !"....il n'a pas tort l'instabilité devrait à nouveau s'installer pour les jours à venir. Cinq skieurs présents ce soir espèrent pouvoir traverser le col de la Casse Déserte demain matin.

 

Mercredi 20 avril :

Deux journées de beau temps à la suite, que de folies ! Le ciel s'est tout de même habillé d'un voile blanc en cours de matinée. Le regel fut bon et la journée douce. Un skieur venu du refuge des Ecrins nous a rejoint via le col Emile Pic, l'itinéraire est pour le moment encore bien chargé sur les deux-tiers du haut du glacier des Agneaux. Deux skieurs ont traversé le col de la Casse Déserte pour rejoindre le refuge du Promontoire, et une trentaine de skieurs ont parcouru la voie normale de la Grande Ruine jusqu'au sommet. Les conditions sont très bonnes mais pour le moment la neige, qui hier n'avait pas totalement transformée, est restée en surface un peu croûtée. Le manteau neigeux a eu le temps de chauffer aujourd'hui, la neige sera certainement meilleure à skier demain.

La soirée s'annonce tranquille. Un skieur français partagera son dîner avec six allemands et trois australiens ! La réputation du ski sauvage en Oisans dépasse les frontières et les hémisphères !

Mardi 19 avril :

C'est sous un ciel libéré de son brouillard que nous nous sommes réveillés. Un horizon de bonheur s'étendait face à nous. Seul un petit vent glacial est venu chahuter les skieurs. Il s'est rapidement arrêté en cours de matinée et là nous avons ressenti pour la quasi première fois de la saison un peu de chaleur. Le soleil a donc exercé son effet sur le manteau neigeux et a dû certainement commencer à stabiliser un peu les pentes. De nombreux skieurs se sont rendus au sommet de la Grande Ruine sous notre regard attentif : R.A.S rien à bouger ! Plus d'une vingtaine de skieurs ont rejoint les refuges du Châtelleret ou du Promontoire en traversant le col de la Casse Déserte, en neige correcte et encore une fois : R.A.S rien à bouger ! Méfiance certainement encore un peu en versant Nord.

Aujourd'hui, la terrasse a repris un peu vie après avoir été désertée depuis quasiment notre arrivée. Au programme : apéro, papotage et bullage au soleil pour récupérer d'une chaude montée ! La vie est vraiment agréable sans le vent du Sud ! Ce sont donc 22 chanceux qui ont pu profiter de cette belle journée ici dans notre coin perdu de haute-montagne. Certains traverseront le col de la Casse Déserte pour remonter au refuge du Promontoire mais la plupart sont présents pour la voie normale de la Grande Ruine.

Un grand merci à tous les montagnards présents hier soir pour la chaleureuse ambiance que nous avons pu vivre. Merci donc aux postiers, éditeur, guitariste, photographe, joueurs de boomerang, buveurs de Mojito du petit matin, de l'extrême, ils se reconnaîtront !

Lundi 18 avril :

Le vent s'est calmé dans la nuit et aujourd'hui il s'est fait plus discret, quel bonheur ! Nous avons retrouvé avec joie les éclaircies, et la présence de quelques visages connus nous redonne le sourire. Les huit skieurs présents hier soir ont revu leurs projets après réflexion sur le risque nivologique, personne n'aura donc traversé le col de la Casse Déserte. Neuf skieurs venus du refuge de l'Alpe ont parcouru la voie normale de la Grande Ruine, ils ne seront pas montés jusqu'au sommet. Nous ne connaissons pas la raison de ce renoncement puisqu'ils sont redescendus dans la foulée. Leur descente du glacier s'est tout de même déroulée sans encombre. Les températures sont restées fraîches toute la journée, le manteau neigeux n'a certainement pas transformé en profondeur.

Ce soir, nous accueillons 27 skieurs venus profiter du créneau de beau temps qui s'est fait tant attendre ! Ils traverseront tous demain matin via le col de la Casse Déserte, vers le vallon des Etançons. Le soleil devrait rayonner généreusement, tant mieux !

 

Dimanche 17 avril :

Tempête : 1 - Refuge et gardiens : 0 ! C'est à peu près une bonne manière de résumer la situation du jour. Ici est installée depuis 48h, une véritable tempête, on baigne toujours dans la neige et des rafales de vent à bien plus de 100 km/h. Il nous est particulièrement difficile d'estimer les quantités de neige tombées car les endroits pelés alternent avec des zones d'accumulation importante. Il sera judicieux d'être très prudent vis à vis du risque de plaques à vent. Huit jeunes skieurs ce matin se sont aventurés au-dessus du refuge, certains avaient l'objectif de traverser par le col de la Casse Déserte, ils ont tous fait rapidement demi-tour pour redescendre en vallée. Parfois il est préférable de ne pas insister quand les conditions ne sont pas réunies et dehors en ce moment ça ne rigole pas du tout. Trois semaines que nous sommes en haut et trois semaines que nous subissons ces journées de violente tempête. Le vent use, le vent inquiète et le vent complique toute notre vie quotidienne : système d'évacuation des eaux de l'évier gelé, atteindre les toilettes extérieurs devient tout une aventure, on n'y reste pas lire sa BD préférée au risque réel de se geler le derrière, toilettes bouchés régulièrement par la neige qu'il faut déboucher dans la tempête, porte d'entrée de l'ancien refuge qui vient d'être arrachée sous nos yeux, le vent infiltre la neige dans les moindres interstices à l'intérieur du refuge, faire des gamelles de neige pour pouvoir avoir de l'eau dans le gros vent qui vous couche par terre, perte de connexion de ligne téléphonique, etc...bref, certains idéalisent le métier de gardien mais il est bon aussi d'être au courant des réalités d'un métier aux conditions très difficiles sur divers plans et où certains jours ne sont pas roses du tout !

Dans ces conditions sont tout de même montés huit skieurs depuis le refuge de l'Alpe. Leur objectif du lendemain est de continuer  leur tour de la Meije et rejoindre le refuge du Promontoire, au vu de la violence du vent actuelle et donc du risque nivologique qui en découle, rien est encore sûr. Nous devrions retrouver le soleil à partir de demain, on peut vous dire que cela nous fera le plus grand bien !

 

Samedi 16 avril :

La machine à laver ne s'arrête pas et tous les projets de course ont été abandonnés ce matin. Tous les skieurs sont descendus directement en vallée. Vent très fort et averses de neige ( sans conséquence ) non cependant pas démotivés huit skieurs qui sont à présent au refuge après une montée bien fraîche ! Après hésitations à descendre dans la foulée pour cause de mauvaise météo à venir, ils resteront. En effet, cette nuit le vent devrait forcir fortement ( ça promet puisqu'on frôle déjà des rafales à 100 km/h ! ) et demain les précipitations devraient être bien plus importantes ( peut-être une trentaine de cm de neige ). Un beau dimanche dans le gros mauvais en perspective. Sacrée saison qui ne nous laisse que malheureusement très peu de belles journées pour profiter de nos montagnes !

 

Vendredi 15 avril :

Hier soir, les prévisions nous annonçaient une météo agréable et ensoleillée pour aujourd'hui. Nos skieurs sont donc allés se coucher le cœur léger avec l'idée d'une journée de ski à venir sous le soleil et dans la douceur. Le réveil est difficile et le moral prend un coup quand en regardant par la fenêtre on s'aperçoit que l'option machine à laver est lancée ! On fait durer le petit-déjeuner, on fait le plein de chaleur autour d'un bol de thé ou de café, et puis on se décide à y aller malgré tout ! Nos skieurs ont fait preuve de vaillance et de motivation ce matin. Ils ont traversé le col de la Casse Déserte et rejoint le refuge du Promontoire sous les averses de neige et les rafales de vent. Dix skieurs venus du refuge des Ecrins ont descendu le glacier des Agneaux par le col Emile Pic ( descente en bonnes conditions ) et sont présents ce soir chez nous. On ne vous cachera pas qu'ici de nouveau souffle fort le vent du Sud, il a décidé de nous accompagner tout ce printemps à notre grand regret ! Ce soir, nous accueillons une vingtaine de skieurs, certains continueront sur le tour de la Meije et d'autres réfléchissent encore au projet du lendemain vu l'instabilité météo prévue pour ce weekend.

Jeudi 14 avril :

Au saut du lit, un magnifique cadeau nous attendait posément dehors : une belle neige scintillante sous les premières lueurs du jour. Les nuages nous ont offert la vingtaine de cm de neige fraîche prévue et pour nous combler elle est tombée sans vent ! Tous nos skieurs ( 17 ) se sont rendus dans ces conditions parfaites au sommet de la Grande Ruine ( presque 30 cm là-haut ). Il aurait été dommage de passer à côté de ce sympathique détour avant de rejoindre le refuge du Promontoire. Nous avons nous aussi profiter de ces conditions et de cette neige d'exception pour nous rendre à la brèche Giraud-Lézin. En résumé, une journée de ski d'anthologie : une trace de montée parfaite ( merci aux jeunes traceurs ! ), un soleil plus que généreux, pas de vent, un glacier bouché, et une descente de rêve, on va d'ailleurs continuer à en rêver cette nuit ! Bref, que du bonheur ! Ce soir, 22 skieurs sont présents, ils se feront plaisir à leur tour sur les skis demain pour leur prochaine étape du tour de la Meije ! Un groupe de 6 skieurs a descendu sans problème le glacier des Agneaux depuis le col Emile Pic et sont remontés au refuge...une très belle journée de ski pour ces tchèques qui l'ont arrosée comme il se doit !

Mercredi 13 avril :

Au matin, les nuages ont rapidement accroché les sommets. Trois jeunes pyrénéens ont réussi à passer le col de la Casse Déserte malgré un plafond nuageux assez bas, ils dormiront ce soir au refuge du Promontoire. Le groupe de 11 skieurs est descendu tranquillement rejoindre le refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne. La journée fut grise et blanche, saupoudrée d'une neige fine. Attention demain on sort les "fats" : au moins quelques cm de fraiche sont tombés ! Non on plaisante ! Nous sommes pour le moment à 17h bien loin de la vingtaine annoncée. La nuit nous portera peut-être des centimètres en plus.

Une quinzaine de skieurs français et allemands sont présents ce soir pour leur première étape sur le tour de la Meije. L'ambiance est aux fous rires autour d'une bonne tablée de joyeux lurons, d'un jeu de carte et de pas mal de bière !

A 20h : il neige fort à gros flocons, la vingtaine de centimètres prévue pourrait peut-être bien avoir lieu !

Ici : un compte-rendu d'un séjour dans notre joli coin de l'Oisans.

Mardi 12 avril :

Allez, on chante tous en coeur : " vive le vent, vive le vent, vive le vent du Sud ! ". Une comptine que l'on connaît par cœur par ici, et qui finit par nous agacer terriblement, la neige aussi en a marre de se faire lustrer le dos ! Comme on dit il faut faire avec, alors on fait avec ! On veut bien croire les marseillais qui quand le mistral souffle, il rend zinzin ! La vingtaine de skieurs qui se trouvait au sommet de la Pointe Brevoort ce matin a dû se faire correctement décoiffer ! Ils ont ensuite rejoint selon les groupes et les projets le refuge du Châtelleret, du Promontoire, ou de l'Alpe de Villar d'Arêne. 11 skieurs sont montés depuis le refuge du Châtelleret par le col de la Casse Déserte et le col des Neiges. Demain, ils iront faire un tour sur la voie normale de la Grande Ruine, et trois jeunes skieurs essaieront d'atteindre le refuge du Promontoire si la météo le permet. En effet, une dégradation neigeuse est annoncée dès la matinée. On aimerait que la neige tombe tranquillement à la verticale plutôt qu'à l'horizontale !

 

Lundi 11 avril :

Par ici ce fut une matinée mitigée entre soleil et éclaircies, suivie d'une après-midi plus nuageuse mais sans précipitation. Le vent du Sud s'en donne de nouveau à cœur joie, il est de retour et s'invite au refuge sans avoir même réserver ! Nos quatre skieurs se sont rendus au sommet de la Pointe Brevoort avant de rejoindre le refuge du Promontoire. Les conditions sont très bonnes sur la voie normale de la Grande Ruine et la neige toujours un peu dure sur le glacier de la Grande Ruine.

22 personnes dormiront au refuge cette nuit, les projets pour demain seront le sommet de la Grande Ruine et la traversée du col de la Casse Déserte pour s'arrêter au refuge du Châtelleret ou du Promontoire. Un groupe de 6 skieurs rejoindra peut-être le refuge des Ecrins par le col Emile Pic ( à confirmer ). Hier, la descente du col Emile Pic du côté du vallon de la Plate des Agneaux a été tracée. Les conditions sont bonnes hormis un passage où la couche de neige est fine au-dessus de la glace, et la partie finale où il est préférable de déchausser pour louvoyer dans la zone rocheuse.

 

Dimanche 10 avril :

Nous avons partagé une soirée conviviale avec la vingtaine de skieurs qui étaient présents hier soir, parmi eux se trouvaient une collègue, la gardienne du refuge du Pré la Chaumette ( situé dans le Champsaur ). Plus de trente ans de gardiennage dans ce refuge ! Nous débutons notre quatrième saison, nous sommes loin encore de la trentième ! Impossible de savoir si nous serons encore dans le même refuge dans trente ans mais ce que l'on peut supposer c'est que nos glaciers auront pris d'ici là un sacré coup de chaud !

Ce fut une très belle journée sur le massif qui a permis à de nombreux skieurs de s'élancer, pour certains sur la voie normale de la Grande Ruine où selon les retours :  "c'est tout bon ! ", et pour d'autres de traverser par le col de la Casse Déserte pour rejoindre le refuge du Promontoire. Pour ces derniers ( une dizaine de skieurs ) réveillés tôt ( 5H30, en prévision d'une journée chaude ), la neige sur le glacier de la Grande Ruine était encore dure au matin, cependant l'itinéraire est en bonnes conditions.

Ce soir, ce sera une soirée plus calme en compagnie de quatre mauriennais. Ils débutent leur première étape du tour de la Meije sous le soleil mais malheureusement aussi sous un vent du Sud qui fait son retour !

Samedi 9 avril :

Les averses de neige d'hier soir nous ont offert une couche de 5 cm de neige fraîche. Au lever du jour, les sommets étaient encore enveloppés de leurs couettes brumeuses. Vers 8H, les brumes se sont disloquées laissant apparaître un paysage digne des grandes faces himalayennes, juste splendide ! Le soleil nous a tenu compagnie toute la journée. Les pentes vierges n'attendaient que de rendre heureux les skieurs !

Le gardien a fait son retour, et la gardienne n'a pas résisté à la tentation de déguster quelques virages. La Grande Ruine a été parcourue jusqu'à son sommet pour la 1ère fois depuis 2 semaines. Les conditions sont actuellement très bonnes sur la voie normale. La traversée du col de la Casse Déserte n'a pas été faite, faute de visibilité au petit matin. Plusieurs skieurs traverseront demain pour rejoindre le refuge du Promontoire. D'autres se rendront sur la voie normale de la Grande Ruine. Avec cette météo et ses conditions idéales, nous commençons enfin à avoir du pain sur la planche, le refuge s'anime pour notre plus grand plaisir !

ça cumule à l'Est !
ça cumule à l'Est !

Vendredi 8 avril :

Ce matin, le soleil brillait en haute-montagne tandis qu'une mer de nuage assombrissait les vallées. Notre groupe de quatre skieurs partis du refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne a tout de même rejoint notre refuge sans difficulté, heureux d'avancer vers les éclaircies et de découvrir au fur et à mesure le paysage envoûtant de notre petit coin sauvage. A la mi-journée, les nuages nous ont envahi laissant s'échapper de temps à autre quelques averses de neige sans conséquence. En cette fin d'après-midi, nous ne cumulons pas plus de 2 cm de fraîche pour le moment ! Demain, le groupe traversera par le col de la Casse Déserte pour ensuite rejoindre le refuge du Promontoire. Le weekend s'annonce ensoleillé. Il règne ici enfin un air de début de saison. Les réservations éclosent avec le soleil !

Jeudi 7 avril :

Hier, déjà les nuages se dissipaient aux lumières du soir et quelques étoiles semblaient nous promettre une nuit sereine. Au lever du jour, le ciel était lavé de sa grisaille; la montagne parfaitement blanchie avait de quoi faire la belle ! Voilà, un moment que la haute-montagne n'avait pas connu une aussi belle journée. Avec ce si beau temps, les lieux sont restés totalement déserts, seuls les chocards tournoyaient de joie et deux papillons , remontés à cette altitude par quelques thermiques, nous rappellent qu'en vallée les fleurs s'épanouissent et avec elles survient le temps des butineurs !

Le gardien est descendu en vallée pour des impératifs, il sera de retour samedi. La gardienne a eu la joie de faire sa trace sur cette montagne vierge et de profiter comme il se doit d'un grand moment de farniente sous le soleil ! Autour du refuge, la neige est transformée, en conditions printanières. La Grande Ruine n'a pas été tracée depuis la semaine de mauvais temps, l'épisode neigeux lui a fait certainement du bien. Samedi matin, normalement deux groupes menés par des guides devraient traverser du côté du vallon des Etançons par le col de la Casse Déserte. La montagne se repeuple doucement.

Mercredi 6 avril :

La neige est tombée à la verticale ce matin ! Éole le furieux, s'en est allé balayer d'autres crêtes et contrées, et à arrêter de pendre notre joli coin sauvage pour son camp de base, pour le moment en tous cas ! Nos quatre skieurs se sont rendus au col de la Casse Déserte. Par manque de visibilité, ils ont été contraints d'y faire demi-tour. En effet, le plafond nuageux a stagné toute la journée autour de 3400m. Ils ont donc rejoint la vallée, leur descente fut apparemment assez bonne. Par ici, le vent du Sud a tellement fait des siennes que nous cumulons à peine que quelques cm de neige fraîche sur un fond dur. Avec les timides éclaircies de la journée, cette dernière a déjà commencé à s'alourdir. Des purges importantes de neige lourde sont survenues en versant Sud-Ouest à Ouest aux premiers rayons de soleil. En revanche, le cumul est beaucoup plus conséquent en versant Nord. Le téléphérique de la Grave n'a pas ouvert aujourd'hui, la faute à 60cm de neige cumulée en altitude et un fort vent. Le refuge de l'Aigle a quant à lui cumulé 40 à 50 cm environ. Par ici, sans vent nous retrouvons enfin le silence ! On entend de nouveau l'horloge de la cuisine trotter son tic et son tac, le refuge se remet de ses émotions et nos compagnons les chocards battent à nouveau des ailes au-dessus de notre tête ! Personne au refuge ce soir, on va lever notre verre à ce retour à la normale que l'on a tant attendu !

La tenue minimum pour penser s'aventurer dehors !
La tenue minimum pour penser s'aventurer dehors !
Remède contre les grands froids : pastas a la carbonara !
Remède contre les grands froids : pastas a la carbonara !

Mardi 5 avril :

La nuit dernière, le vent nous a une fois de plus soufflé notre sérénité. Il use tout ce qui se trouve sur son passage. Nous nous trouvons au beau milieu de sa course folle. La tempête d'altitude dure depuis une semaine maintenant. Une semaine entière a vivre dans une machine à laver. Une expérience qui marquera sans doute tous les gardiens de refuge de haute-montagne des alentours. Certainement, chaque gardien depuis son refuge a une pensée pour les collègues-amis situés juste un peu plus loin à vol d'oiseau, chacun confiné dans sa cabane, regardant pendant des heures par la fenêtre, totalement hypnotisé par cette fureur insatiable. C'est un fait, par de telles conditions la solidarité se renforce. Demain et pour la fin de semaine, les prévisions météo nous promettent des éclaircies et surtout un vent enfin plus faible. On n'ose y croire, mais si cela s'avère exact, nous revivrons tout simplement ! Impossible de savoir quelle quantité de neige tombe puisque tout tourbillonne et peu s'accumule au sol. Notre groupe de quatre skieurs n'a finalement fait aucune tentative de sortie. Une décision raisonnable lorsque la visibilité est tout bonnement nulle et quand les rafales avoisinent, ce que l'on subit depuis mardi dernier, les plus de 100 Km/h ! Au programme pour eux : dormir, manger, boire un coup, papoter, se remettre en mémoire les techniques de mouflage sur glacier, narrer les dernières expéditions népalaises, nous on voyage par procuration et l'altitude du refuge paraît tout d'un coup bien basse ! Le groupe est mené par le guide de montagne Paulo Grobel qui a fait de l'himalayisme  sa passion, sa vie. Sa spécialité : acclimater le corps et le mental en douceur à l'effort, à l'altitude, aux spécificités du milieu montagnard et des expéditions. Voilà qui semble donc parfait pour nos alpinistes qui s'acclimatent tranquillement au refuge alors que dehors le chaos ne cesse. Pour nous, cette présence humaine nous apporte un peu de douceur dans ce temps de brut ! Demain, ils tenteront de rejoindre le refuge du Promontoire via le col de la Casse Déserte. A suivre...

Les voilà enfin nos premiers skieurs, une semaine sans voir âme qui vive, ça fait plaisir !
Les voilà enfin nos premiers skieurs, une semaine sans voir âme qui vive, ça fait plaisir !

Lundi 4 avril :

Nous avons enfin revu le soleil ce matin ! On peut vous dire que ça fait du bien au moral. Cependant, nous n'avons toujours pas pu en profiter. Malheureusement, le vent ne s'essouffle toujours pas. Sa vitesse de croisière oscille toujours par ici dans les 80 à plus de 100 Km/h ! Impossible de se prélasser en terrasse pour le moment sous peine de se geler les miches ! Voilà, une semaine entière que nous n'avons pas vu âme qui vive et aujourd'hui que de changement, des skieurs ont bravé d'abord le vent, puis ensuite la neige pour rejoindre notre refuge. Un groupe de huit montagnards a fait une halte méritée ici, puis ils sont descendus sur le refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne. Initialement, ils auraient dû rester ce soir mais la météo exécrable prévue pour demain ( hé oui encore du mauvais temps ! ) les a incité à descendre dans la foulée. Quatre autres skieurs arrivés dans la tourmente de cet après-midi resteront au refuge pour la nuit, et advienne que pourra pour demain soit ils arrivent à passer le col de la Casse Déserte et ils passeront la nuit prochaine au refuge du Châtelleret, soit peut-être ils reviendront au refuge pour une nouvelle nuit et une nouvelle tentative.

 

Dimanche 3 avril :

Éole nous démontre encore et toujours sa puissance. La nuit dernière, il nous a soufflé son concerto en "vent majeur", un air que l'on commence à connaître par cœur. Quelle surprise, quand à notre réveil, le vent a enfin fait une ( courte ) pause. Nos oreilles maintenant habituées à cet environnement sonore bruyant, ont bourdonné ! Il nous faudra réapprendre le silence, réapprendre la couleur dans ce monde pour le moment bien monochrome. Nous sommes toujours plongés dans la solitude au milieu de la tourmente. Hier, finalement notre groupe de skieurs a fait demi-tour. Demain, si la météo n'est pas trop défavorable, nous aurons peut-être un peu de compagnie. L'instabilité est encore d'actualité pour la semaine à venir, nous prenons notre mal en patience !

 

Samedi 2 avril :

Nous sommes les témoins d'un vent qui ne cesse de geindre. Notre tête est pleine de ses gémissements. Des rafales de vent encore supérieures à 100Km/h s'affolent toujours à notre altitude. La montagne rentre en résistance face à ce déferlement d'énergie que rien n'arrête. La journée a été encore bien humide et nuageuse. La neige fine poussée par les rafales passe à l'horizontal devant nos fenêtres. Nous attendons un groupe de cinq personnes, et nous nous demandons s'ils arriveront à bon port. Demain matin, si une fenêtre météo le permet ils devraient se rendre sur la voie normale de la Grande Ruine. A suivre... 

 

Vendredi 1er avril :

A l'heure du petit déjeuner, nous avons eu la tartine heureuse, le vent a enfin mis un terme à sa fureur ! Nous avons redécouvert le silence et la joie de mettre le nez dehors, d'ailleurs nous avons chaussé les skis. Si vous voulez savoir où la neige est bonne à skier, il faut chercher les zones à la couleur jaune. Le fort vend du Sud a ensablé la montagne. Elle s'est réveillée ce matin avec une belle jaunisse ! En deux jours, nous n'avons cumulé que quelques centimètres de neige. Ce soir, le refuge sera complet et on a du pain sur la planche...non... on plaisante..., c'est toujours le grand calme à l'horizon de nos montagnes. Heureusement, nos compagnons fidèles les livres sont là pour enrichir ces longs moments de solitude ! Règle d'or du gardien : ne jamais oublier de mettre au fond du bag quelques bons bouquins !

DSC_9792.mov
Format Video QuickTime 41.0 MB

Jeudi 31 mars :

Pour le dernier jour de mars, nous avons gagné un voyage dans les 50èmes hurlants ! Voilà, 24h que le vent se fâche et rien ne semble calmer sa colère. La nuit dernière, il a été difficile de trouver le sommeil. Les murs craquent, les fenêtres sifflent, la neige s'infiltre, le refuge résiste comme toute la montagne face à ce vent complètement ivre. Même les chocards, normalement si présents par n'importe quelles conditions, ne sont pas venus aujourd'hui défier les airs. On n'ose imaginer le sort de tous ces êtres vivants dans une telle tempête.

Nous regardons dehors totalement stupéfaits de ce déchaînement exceptionnel. Les rafales se suivent presque sans trêve, de plus en plus fortes. Nous avons relevé plus de 155 Km/h de vent mais depuis il a forci.

La mission du jour fut d'atteindre les toilettes ( extérieurs ) et de ne pas s'envoler en chemin !

La pensée du jour du gardien face à la soupe qui mijote : "Etrange... les carottes flottent alors que les pomme de terre coulent, et les oignons on ne sait pas trop !"Le train-train continue malgré toute cette hostilité extérieure. Une nouvelle soirée de solitude nous attend. On espère que le vent sera un peu moins rock'n'roll ce soir !

Mardi 30 mars :

Cela change d'hier, nous avons aujourd'hui du soleil et pour le moral cela fait du bien. Les batteries du refuge peuvent se recharger et les nôtres par la même occasion ! La gardienne est allée skier dans son jardin alpin. Cela aurait été finalement une très belle journée en montagne, si seulement en cours de matinée le vent n'avait pas rudement forci. Malgré un beau soleil, nous sommes obligés de nous abriter. Des pointes à 112 km/h ont été relevées au refuge sur l'anémomètre d'Aurélien. Voilà, un avant-goût de la tempête de vent annoncée pour demain ! Il ne fera pas bon traîner ses skis dehors ! Le vent décoiffe tout sur son passage, seuls les chocards véritables petits gouvernails des airs s'amusent de ses rafales ! Quatre skieurs venus du refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne se sont rendus ce matin sur la voie normale de la Grande Ruine. Ils n'ont pas foulé le sommet, on n'ose à peine imaginer le vent là-haut ! Ils dormiront à nouveau ce soir au refuge de l'Alpe. Une fois n'est pas coutume nous serons encore seuls au refuge, le vent nous murmurera sa "douce" berceuse !

Mardi 29 mars :

" Le vent soulève le ciel comme une mer. Il le fait bouillonner et noircir, il le fait écumer comme les montagnes. Il n'y a plus ces plaques étales d'azur paisibles, il n'y a plus que la course des nuages", Regain, Giono. Le vent nous accompagne dans ces lieux depuis quelques jours et encore un peu plus aujourd'hui, et davantage pour les jours à venir. Il chasse les nuages pour les ramener aussitôt. Il refroidit l'air et modèle la neige, plâtre les parois et les balaye dans la foulée. Ce matin, après le déneigement habituel des accès principaux et de la terrasse, nous sommes allés skier sous le refuge. En cumulé depuis deux jours, nous sommes à près d'une vingtaine de cm de neige fraîche. Cependant, celle-ci a été travaillée par le vent. Les zones d'accumulations alternent avec des zones soufflées. Les averses de neige fine ont blanchi notre après-midi. Nous serons à nouveau seuls ce soir dans le silence que seul le bruit du vent ose rompre !

Lundi 28 mars :

Après une nuit étoilée, les nuages sont revenus envelopper les sommets ce matin. Le soleil a tout de même fait une brève apparition en début de matinée. Le groupe de quatre jeunes skieurs qui a voyagé tout droit de Paris, le temps du week-end de Pâques et le temps de fêter un anniversaire dans ce lieu haut-perché, est descendu dans une petite dizaine de cm de neige fraîche. Nos trois autres skieurs ont réussi à traverser sur le vallon des Etançons par le col de la Casse Déserte, malgré le peu de visibilité et le retour rapide des averses de neige.

Quant à nous, à l'heure des éclaircies nous sommes allés chercher les œufs de Pâques en montagne mais nous n'avons rien trouvé ! Par contre nous nous sommes régalés d'une agréable promenade dans la fraîche !

Ce soir, nous restons en tête à tête avec l'immensité environnante et dégustons au chaud les petits œufs gourmands qui en fait étaient dans le placard ! Joyeuses Pâques chocolatées à tous !

Dimanche 27 mars :

Un dimanche qui a commencé par un très beau lever de soleil. Malheureusement, celui-ci a vite été éclipsé par une chape de nuages plus dense. Les éclaircies matinales furtives ont laissé nos deux skieurs descendre en vallée et monter nos sept skieurs d'aujourd'hui dans une plutôt bonne visibilité. Le vent de secteur sud-ouest déjà très fort cette nuit, a continué à nous secouer par rafales toute la journée. La neige est arrivée en matinée, nous laissant en cette fin d'après-midi que quelques centimètres de neige fraîche. Nous verrons demain matin si le cumul s'allonge. Nos skieurs du jour furent tous bien heureux de trouver la chaleur du refuge après une montée dans ce temps tempétueux. Tous les jeux de société ont été testés autour d'une petite bière bien méritée. Un dimanche bien tranquille en haute-montagne. Certains descendront en vallée directement demain, et un groupe de trois skieurs essaiera de traverser sur la Bérarde par le col de la Casse Déserte si la météo le permet bien évidemment !

Samedi 26 mars :

Le soleil présent dès le matin a donné du baume au cœur à nos cinq skieurs. Ils se sont rendus au sommet de la Grande Ruine, et ont certainement dû profiter, grâce à un ciel limpide parfait, d'un sacré panorama !

Une telle météo nous a nous aussi incité à aller tracer quelques beaux virages dans ce vaste terrain de jeu ! Durant notre descente nous aurons croisé seulement quatre skieurs partis pour basculer sur le vallon des Etançons par le col de la Casse Déserte. Du refuge, on a pu observer que la face Ouest du col Emile Pic a été tracée.

Pour ce soir, en ce weekend de Pâques, nous aurions dû accueillir plus d'une quarantaine d'alpinistes. Le mauvais temps prévu pour demain nous a valu un joli lot d'annulations ( ce que l'on comprend ! ). Seules deux personnes dormiront ce soir au refuge. Ce sera un weekend de Pâques bien calme pour nous, nous aurons largement le temps de déguster quelques bons chocolats !

Vendredi 25 mars :

Nous voilà là-haut bien perchés ! Hier, la journée d'ouverture s'est déroulée sous un grand soleil. Cinq rotations d'hélicoptère ont été nécessaires pour acheminer les vivres dont nous aurons besoin durant les sept semaines à venir. Charger, porter, déballer, ranger, nettoyer, déneiger, toutes ces tâches pourraient être fastidieuses mais grâce à l'aide des amis ( un grand merci à Anne, Benjamin et Pierre ), leur bonne humeur et un soleil au beau fixe tout cela se transforme en un moment bien agréable ! Le refuge sort de son hibernation, l'odeur de la bonne soupe et du dessert qui cuisent doucement se répandent à nouveau. Nous reprenons nos marques, et nouveauté de la saison, nous partageons dorénavant la cuisine avec une petite hermine qui a notre grande surprise ferait n'importe quoi pour un bout de "Mont d'Or"!! Une compagnie de plus est toujours la bienvenue !

Notre première soirée fut partagée avec un guide de la Grave et deux alpinistes. Ils se sont rendus au refuge du Promontoire par le col de la Casse Déserte pour achever demain le Tour de la Meije. Malgré un enneigement peu abondant par rapport à certaines années, les itinéraires passent bien si on en a le niveau technique adéquat. Nos amis ont quant à eux réalisé ce matin le Tour de la Grande Ruine via le col de la Casse Déserte et le col de la Grande Ruine, une course en bonnes conditions. Selon les expositions la neige est de qualité variable. Nous attendons leur topo que nous vous communiquerons bientôt.

Cette année ( grâce à la bonne idée du "padre" ! ) une guitare est à disposition de qui voudra bien jouer un petit air pour qui voudra l'écouter ! Si tôt arrivée au refuge, les notes de musique coulent à flot...Ce petit mot est écrit au son de la chanson de l'Auvergnat de Georges Brassens, un petit air qui réchauffe le corps quand dehors il fait froid !! En effet, la journée fut marquée de giboulées de neige, les éclaircies semblent en cette fin d'après-midi réapparaitre. Demain, nos cinq skieurs présents ce soir se rendront sur la Grande Ruine. La météo est prévue clémente ce qui annonce des virages et visages ensoleillés !

 

Lundi 21 mars :   

C'est le réveil d'une nouvelle saison et déjà la douceur réchauffe les vallées. Après un hiver qui s'est tant laissé désirer, les montagnes et les visages se sont tout de même illuminés à l'arrivée tardive de la neige. A partir du 24 mars, nous serons de nouveau lovés dans le creux de ces belles montagnes. Nous seront prêts à vous accueillir, dès le 25 mars, pour les plaisirs de la glisse "sauvage" au cœur des Ecrins ! A bientôt là haut pour de belles sensations !

Info accès route du Chambon : ici 

 

Adèle au printemps 2013.
Adèle au printemps 2013.

 

Pour plus d'informations ou réservation 04.76.79.92.14

 

Retrouvez toute l'actualité sur la page Facebook du refuge.


Le refuge Adèle Planchard appartient à la STD

"Aujourd'hui, la STD poursuit dignement l'œuvre de ses prédécesseurs

Club de montagne de 250 adhérents qui organise des sorties collectives en Alpinisme, Escalade, Ski de randonnée et Randonnée pédestre, elle forme des cadres et initie les débutants aux différentes pratiques alpines.
Son activité refuge est toujours aussi importante, elle possède et gère 5 refuges dans les différents Massifs du Dauphiné : Le Soreiller, la Selle, A.Planchard , J.Collet, la Fare."