Venez découvrir le plus haut refuge du massif accessible par sentier (3169m)

balade haute romanche parc des écrins
Claire garde-monitrice du parc des Ecrins franchit la Romanche. Photo Cyril Coursier.
A l'automne, Carole en direction des sources de la Romanche. Photo Cyprien Bichet
A l'automne, Carole en direction des sources de la Romanche. Photo Cyprien Bichet

Après avoir cheminé dans le vallon sauvage du Plan de l'Alpe, le long des sources de la Romanche... Venez découvrir une véritable ambiance haute-montagne au refuge Adèle Planchard !

 

Niché au coeur du massif et du parc des Ecrins à 3169m, accessible par un sentier de montagne, (1500 métres de dénivelés) le refuge Adèle Planchard  vous fera prendre de la hauteur.

 

Un somptueux panorama sur le cirque de la Plate des Agneaux et de la barre des Ecrins vous y attend...Vous pourrez y côtoyer les magnifiques sommets de La Grande Ruine et Roche Méane.

 

Le refuge Adèle Planchard n'est pas réservé qu'aux alpinistes, les randonneurs seuls ou en familles sont les bienvenus ! (une expérience préalable de randonnée en montagne est la bienvenue)

Deux possibilités s'offrent à vous

Depuis le Pied du col, Parking au bout de la graviére

 

Dénivelés positifs : 1450 m

Distance : 10.5 km

Temps de montée : 5 heures 30

Difficulté : passage délicat équipé de câbles

Carte IGN TOP 25 3436

Longitude : 6°20'42'' E

Latitude : 44°58'08'' N

 

 

Le départ du sentier se fait en contrebas du hameau du Pied du Col, où il faut emprunter la route carrossable ( non déneigée l'hiver) qui démarre après le gîte du Pas de l'Ane, le parking se situant au fond de la vallée.

Le sentier emprunte d'abord le fameux GR54 (Tour de l'Oisans), pour bifurquer rapidement vers la droite vers le pont de Valfourche: le lieu est magnifique, pratiquement plat, où la Romanche dessine de longs méandres au bord desquels il fait bon s'allonger dans l'herbe en contemplant les Agneaux de loin.

En laissant à droite la bifurcation pour le Pavé, le chemin passe tout prêt des sources de la Romanche, puis s'élève raidement à droite dans les vires, où des cables sont installés pour assurer certains passages délicats.

Quelques centaines de mètres de dénivelés supplémentaires vous permettront de rejoindre le refuge situé en aval du glacier supérieur des Agneaux.

Depuis le col du Lautaret

 

Dénivelés positifs : 1300 m

Dénivelés négatifs : 150 m

Distance : 13 km

Temps de montée : 6 heures

Difficulté : passage délicat équipé de câbles

Carte IGN TOP 25 3436

Longitude : 6°20'42'' E

Latitude : 44°58'08'' N

 

Le départ du sentier se fait en contrebas du col du Lautaret. Le parking se situant à 350 m du col côté Grenoble.

De là, emprunter le sentier des Crevasses qui longe en balcon le massif du Combeynot jusqu'à rejoindre la vallée de la Haute Romanche et le refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne.

Du refuge, descendre légèrement pour rejoindre le fond du vallon et continuer en direction du pont de Valfourche.

Laisser le sentier du refuge du Pavé sur votre droite et remonter jusqu'aux sources de la Romanche.

Le sentier s'élève raidement à droite dans les vires, où des câbles sont installés pour assurer certains passages délicats.

Quelques centaines de mètres de dénivelés supplémentaires vous permettront de rejoindre le refuge situé en aval du glacier supérieur des Agneaux.

L'avantage de ce parcours est la beauté du sentier des Crevasses, cependant au retour du refuge 150m de dénivelés supplémentaires pour rejoindre le parking seront nécessaires !



Attention !

Pensez à remplir vos gourdes au passage des câbles vers 2500m, il y a un ruissellement (eau non contrôlée). Au refuge, l'eau est rare et précieuse. L'eau potable est vendue en bouteille.

Cliquez sur le schéma pour l'agrandir.
Cliquez sur le schéma pour l'agrandir.

Le Vallon de la Plate des Agneaux

Des richesses naturelles à découvrir

 

Tout au long de la montée au refuge, on assiste à une transformation franche du paysage. L'itinéraire suit tout d'abord les doux méandres de la Romanche. Parsemée de fleurs, la pelouse rase sur les rives du torrent est une aubaine pour les chamois. Le Pré des Sources marque le passage de l'étage alpin à l'alpin nival. Le sentier serpente alors dans une barre rocheuse en bordure du glacier. Aujourd'hui ce dernier a amorcé un retrait important, laissant apparaître de petits lacs. Beaucoup de matériaux tombent des sommets environnants. Des blocs recouvrent peu à peu la neige de ce glacier blanc qui se transforme en glacier noir. En contre bas, une sorte de vase grise sillonnée d'arabesques creuses intrigue un instant le regard : une étendue de farine de roche. En effet le socle dur poncé par le glacier perd de petites particules minérales. Transportées par le torrent sous glaciaire, elles décantent dans de petites cuves. Cette farine glaciaire a d'ailleurs été utilisée pour la construction du refuge.

Le fond du vallon est principalement minéral. Les femelles chamois s'installent dans cette zone isolée afin de mettre bas et d'élever leurs petits. Ce site refuge permet au parc national des Ecrins de mettre en pratique la méthode d'échantillonnage : dénombrer les animaux, reconnaître les sexes et les classes d'âge.

On peut ainsi suivre la dynamique d'une population. Aux abords du refuge, c'est l'hermine qui a investi le territoire. Curieuse, habile et très vive dans le labyrinthe d'un éboulis, elle fait la joie des randonneurs.

Quelques plantes se sont aussi adaptées à la rudesse du milieu comme la Linaire des Alpes et l'Eritriche nain. (texte PNE)

 

Pour plus d'informations ou réservation 04.76.79.92.14

 

Retrouvez toute l'actualité sur la page Facebook du refuge.


Le refuge Adèle Planchard appartient à la STD

"Aujourd'hui, la STD poursuit dignement l'œuvre de ses prédécesseurs

Club de montagne de 250 adhérents qui organise des sorties collectives en Alpinisme, Escalade, Ski de randonnée et Randonnée pédestre, elle forme des cadres et initie les débutants aux différentes pratiques alpines.
Son activité refuge est toujours aussi importante, elle possède et gère 5 refuges dans les différents Massifs du Dauphiné : Le Soreiller, la Selle, A.Planchard , J.Collet, la Fare."